Un "bon" lycée, ça ressemble à quoi ?

  • A
  • A
Un "bon" lycée, ça ressemble à quoi ?
@ Max PPP
Partagez sur :

Le ministère de l'Education nationale publie aujourd'hui les performances des lycées.

Le ministère de l'Education nationale a publié mercredi sur son site Internet les indicateurs de performance des lycées publics et privés. Cette série de tableaux, présentés chaque année depuis 20 ans, permet d'évaluer les performances d'un établissement et de les comparer, au besoin, avec ceux des autres lycées de l'académie.

>> Retrouvez sur le site du ministère de l'Education nationale les statistiques, lycée par lycée

Mesurer l'accompagnement des élèves. Pour casser la course au taux de réussite, qui pousse parfois certains établissements à se débarrasser des élèves dont le niveau est jugé insuffisant, le ministère de l'Education nationale s'appuie sur un large panel de statistiques. En plus du traditionnel taux de réussite, deux indicateurs interviennent : le "taux d'accès", qui permet d'évaluer si les établissements accompagnent leurs élèves jusqu'au bac ou s'ils préfèrent se "débarrasser" des étudiants dont le niveau est jugé trop faible, et la "proportion de bacheliers parmi les sortants", qui mesure la proportion d'élèves qui quittent le lycée avec le bac en poche.

C'est quoi, la valeur ajoutée ? Afin de permettre une comparaison de ces pourcentages, les services du ministère ajoutent aux chiffres un calcul de la "valeur ajoutée", qui permet de mesurer leur capacité à accompagner leurs élèves jusqu'au bac.

Pour déterminer cette valeur ajoutée, le ministère compare les chiffres de chaque lycée avec des "taux attendus". Ceux-ci correspondent aux statistiques de la moyenne des établissements similaires dans l'académie ou dans le pays. Quand le taux de réussite est supérieur au taux attendu, c'est que l'établissement apporte un "plus" à ses élèves. Ce système permet d'éviter les comparaisons, toujours hasardeuses, entre les établissements huppés, de Paris par exemple, et ceux qui sont au contraire installés dans des quartiers plus difficiles.