Un anti-nausée déconseillé aux enfants
© MAXPPP

Selon l'Afssaps, le Primpéran peut provoquer des effets indésirables neurologiques.

Encore un médicament épinglé par l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. Après la publication, fin septembre, d'une liste de 56 médicaments particulièrement surveillés, l'Afssaps met en garde contre les effets secondaires du Primpéran.

Ce médicament prescrit contre les nausées et les vomissements, déjà contre-indiqué chez le nouveau-né, ne devrait plus être utilisé chez les moins de 18 ans.

Dans quels cas est prescrit le Primpéran ? Ce médicament est un anti-vomitif, prescrit en cas de vomissements ou de nausées. Jusqu'à ce jour il était seulement contre-indiqué pour les nouveau-nés. Il est commercialisé sous différentes formes : sirop, suppositoire et comprimé.

Quels sont les effets indésirables du médicament ? Le Primpéran et ses génériques provoquent des effets indésirables neurologiques, comme des mouvements anormaux de la tête et du cou, des torticolis, des spasmes du visage, des contractions des mâchoires, des difficultés pour parler et avaler. Ces effets indésirables étaient connus depuis longtemps et mentionnés de fait dans le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) et la notice du médicament.

Pourquoi s'en inquiète-t-on seulement maintenant ? L'Afssaps a réévalué récemment le bénéfice-risque des médicaments à base de métoclopramide, dont le Primpéran. Selon les derniers résultats, le risque que représente ce médicament pour l'enfant est supérieur au bénéfice qu'il pourrait en retirer. Un risque d'autant plus important quand les doses sont élevées ou répétées. De plus, la démonstration de son efficacité reste "insuffisante".

Que recommande l'Afssaps ? L'Afssaps recommande le retrait pur et simple toutes les spécialités de Primpéran à usage pédiatrique.

Que faire si l'on est concerné ? Le médecin saura conseiller un traitement plus adapté et sans risque. Il existe, en effet, des alternatives thérapeutiques.

Et les risques chez l'adulte ? L'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé. envisage également de réévaluer la balance bénéfice-risque chez l'adulte, principalement chez les personnes âgées, chez qui les effets neurologiques et cardiologiques potentiellement graves ont ainsi été rapportés.