Un Anonymous mis en examen

  • A
  • A
Un Anonymous mis en examen
Deux hackers, membres d'Anonymous, vont être présentés à un juge.@ REUTERS
Partagez sur :

Ce hacker est soupçonné d'avoir piraté le site web d'EDF en avril et juin 2011.

Après l'accident de la centrale nucléaire du Fukushima au Japon, des pirates informatiques, affirmant appartenir au collectif Anonymous, avaient attaqué à plusieurs reprises le site web d'EDF. La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) assurait jeudi avoir identifié trois d'entre eux. Un homme a été mis en examen vendredi.

Le site d'EDF attaqué trois fois

Les 20 et 23 avril puis le 2 juin dernier, le site institutionnel d'EDF avait été la cible d'une "attaque par déni de service" - c'est-à-dire victime d'un piratage qu'il l'avait empêché de fonctionner normalement. L'attaque avait été revendiquée par le collectif des Anonymous. Le blocage du site EDF avait entraîné un préjudice financier évalué à 160.000 euros.

Pierrick Goujon, 29 ans, connu sous le pseudo de "Triskel", a été mis en examen pour "entente en vue de l'entrave au fonctionnement d'un système de traitement automatisé de données". Il a été placé sous contrôle judiciaire après 45 heures de garde à vue et 15 heures d'attente dans une cellule du Palais de justice de Paris.

Interpellé mardi matin en Bretagne par des policiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), il a été ramené au siège de la DCRI, près de Paris, où il a répété aux policiers qu'il était totalement innocent des faits qui lui étaient reprochés.

Des piratages groupés

Le piratage du site d'EDF faisait partie d'attaques groupées. Les sites internet de General Electric et de l'opérateur italien Enel avaient également été hackés. Deux demandes d'entraide judiciaire ont donc été adressées à l'Allemagne et aux Etats-Unis. Une information judiciaire a été ouverte pour "accès et maintien frauduleux dans un système automatisé de traitement de données, entrave et participation à un groupement en vue de la participation à ces infractions", a-t-on ajouté.