Un Airbus évite le crash de justesse

  • A
  • A
Un Airbus évite le crash de justesse
@ REUTERS
Partagez sur :

Un Airbus d’Air France et un avion privé ont failli se percuter mercredi au-dessus d’Antibes.

Mercredi, un Airbus de la compagnie Air France, qui a décollé de Nice à 15h05, a frôlé un avion privé au-dessus d’Antibes, d’après une information exclusive du Journal du Dimanche, révélée samedi. Le crash a été évité de justesse grâce à une manœuvre d’urgence réalisée par le pilote de l'Airbus.

La tour de contrôle de Nice avait autorisé le décollage du vol Air France 6219, qui transportait 135 personnes en partance pour Orly. Trois minutes après, un avion d’affaires privé, immatriculé en Suisse, a pris son envol de la même piste, direction Milan.

L’Airbus ayant l’interdiction de survoler le cap d’Antibes, pour la tranquillité des habitants, celui-ci a perdu quelques minutes en faisant un détour. De son côté, l’avion privé, qui devait virer à gauche pour prendre la direction de Milan, s'est mis à suivre un axe qui comprend le survol d’Antibes. Les aiguilleurs ont alors vu sur leurs écrans radars qu’il allait croiser la route de l’Airbus.

Le pilote de l’Airbus plonge

La vigie de la tour de contrôle a alors été prise de panique. Un aiguilleur a pris son micro et averti le pilote du Falcon de son erreur. Mais celui-ci n'a pas répondu.

De son côté, le pilote de l’Airbus a été averti par un instrument de bord destiné à éviter les collisions (TCAS), qu’un triréacteur stabilisé à 10.000 pieds était dans les parages. A ce moment précis, il traversait une zone nuageuse. Il a alors évalué alors l’altitude, et opté pour une descente forcée.

Quelques instants plus tard, l'avion est passé à 90 mètres (ou 300 pieds) au-dessous du Falcon. Le crash a été évité de justesse. Les passagers, qui avaient encore leur ceinture de sécurité, ont paniqué.

"Du jamais vu à l’aéroport de Nice"

Un ancien aiguilleur de la région a décrit l'évènement comme "du jamais vu à l’aéroport de Nice". Une enquête est en cours. Elle devra notamment déterminer pourquoi le pilote du Falcon n’a pas répondu à la tour de contrôle.