Un 18-Juin tout en symbole

  • A
  • A
Un 18-Juin tout en symbole
@ REUTERS
Partagez sur :

A Londres, Nicolas Sarkozy a célébré le 70e anniversaire de l’appel lancé par Charles de Gaulle.

Premier président de la Ve République né après la fin de la Seconde guerre mondiale, Nicolas Sarkozy a tout de même soigné les symboles vendredi à l’occasion du 70e anniversaire de l’appel du 18-Juin. Le président de la République s’est rendu à Londres pour marcher sur les pas du père de la France libre. Une première.

"Sans le 18-Juin, il y aurait quand même eu des résistants. Mais il n'y aurait pas eu la France libre", a-t-il dit lors d'une cérémonie organisée au Royal Chelsea Hospital, l'équivalent des Invalides à Paris. "Les mots simples et graves du 18-Juin sont entrés dans notre Histoire parce qu'ils étaient la réponse que cherchaient tous ceux qui voulaient se battre et qui ne savaient pas avec qui, qui ne savaient pas où aller, ni comment", a-t-il ajouté.

Au siège de la BBC

Plusieurs centaines d'anciens combattants de la France libre avaient fait le déplacement de Londres à bord d'un Eurostar spécial pour cette commémoration sans précédent d'un événement passé inaperçu lorsqu'il est intervenu, mais qui est aujourd'hui considéré comme le vrai point de départ du gaullisme historique comme politique.

Nicolas Sarkozy avait entamé la journée par un passage au siège historique de la BBC, la radio d'Etat britannique, où le général de Gaulle a lancé son appel à la résistance à l'occupant nazi au lendemain même de l'arrivée au pouvoir du maréchal Pétain, qui invitait les Français à cesser le combat. Accompagné de son épouse Carla, il s'est rendu ensuite dans l'immeuble qui abritait le QG londonien des forces françaises libres après avoir déposé des gerbes devant les statues du roi Georges VI et de son épouse, la reine mère Elizabeth.

Amitié franco-britannique

Ce déplacement a également été l’occasion de célébrer l’amitié franco-anglaise. Les Britanniques avaient d’ailleurs déployé les grands moyens pour l'occasion et le prince Charles comme le nouveau Premier ministre, David Cameron, se sont succédé pour assister aux célébrations. Ce dernier a accueilli Nicolas Sarkozy au Royal Hospital de Chelsea et a rappelé que son grand oncle, Duff Cooper, membre du cabinet de guerre britannique, avait plaidé pour ouvrir les micros de la BBC à de Gaulle. "Ce jour nous rappelle que la Grande-Bretagne et la France ne sont pas seulement voisines au sens géographique mais aussi au sens émotionnel", a-t-il dit.

Sous un grand portrait du général, le successeur de Gordon Brown n'a pas manqué non plus de souligner que Nicolas Sarkozy avait ramené la France au sein du commandement intégré de l'Otan, d'où l'homme du 18-Juin l'avait spectaculairement retirée en 1966. Nicolas Sarkozy a souligné pour sa part qu'en célébrant ensemble cet anniversaire, les deux pays "se souviennent que leur unité a toujours été la condition de leur survie".