Tulle : l'hommage de Hollande aux pendus

  • A
  • A
Tulle : l'hommage de Hollande aux pendus
Le chef de l'Etat veut faire de la commémoration du massacre de 99 personnes un de ses rituels annuels.@ MAXPPP
Partagez sur :

Le chef de l'Etat veut faire de cette commémoration un de ses rituels annuels.

99 hommes pendus à Tulle par une division SS en 1944. Ce massacre qui a marqué la Corrèze pourrait devenir le nouveau rendez-vous présidentiel annuel. François Hollande, qui a rendu hommage samedi aux martyrs, a promis de revenir tous les ans pendant son quinquennat.

"Le 9 juin pour moi c'est une référence"

"Chaque année, autant qu'il sera possible, selon les contraintes qui peuvent se présenter, je viendrai pour le 9 juin parce que pour moi, c'est une référence", a assuré François Hollande. "Je viendrai en tant que président de la République pendant le mandat qui m'a été confié par les Français pendant cinq ans, pour dire l'hommage de la Nation tout entière à ce qu'a été ce sacrifice", a-t-il ajouté.

Le 9 juin 1944, 120 hommes de 16 à 60 ans furent capturés par les Allemands en représailles à une attaque de résistants contre la garnison allemande de Tulle. Au total, 99 otages, sur les 120 dont l'état-major de la division SS Das Reich avait ordonné la mort, furent pendus aux arbres, réverbères et balcons d'une rue de Tulle et leur corps jetés dans une fosse commune. Le lendemain, 149 autres otages ont été envoyés au camp de Dachau, près de Munich en Allemagne. Au bout du compte, 101 n'en reviendront pas.

"Le courage de familles qui ont vu leurs enfants suppliciés",

Après une première cérémonie dans le centre-ville, où il  a salué "le courage d'hommes, de familles qui ont vu leurs enfants suppliciés", François Hollande a parcouru près de deux kilomètres à travers la ville, où des tresses de fleurs avaient été posées là où sont morts les martyrs trois jours après le Débarquement. Lors d'une longue cérémonie solennelle près de la stèle du Haut-Lieu de Cueille, là où les corps des pendus avaient été jetés dans une fosse commune, des écoliers ont interprété le Chant des partisans et égrené les noms des 99 martyrs.

La présence de François Hollande en tant que président et de sa compagne Valérie Trierweiler a fait gonfler le cortège auquel l'ancien élu de Corrèze participe en fait pratiquement chaque année depuis 24 ans. "C'est un rendez-vous que je ne voulais pas manquer parce que, pendant 24 ans je l'ai accompli et je voulais être là comme président (...) je voulais par ma présence rappeler la continuité dans cet hommage", a déclaré le président. Les Tullistes "n'auraient sans doute pas compris que je ne sois pas là aujourd'hui parce que le 9 juin, c'est un moment de rassemblement, de tristesse mais aussi de solidarité, et en même temps de fierté", a ajouté François Hollande.