Trop "gay" pour jouer au foot

  • A
  • A
Trop "gay" pour jouer au foot
@ MAXPPP
Partagez sur :

Un joueur s’est vu refuser sa licence par son club à cause de son orientation sexuelle.

Depuis 14 ans, Yoann Lemaire jouait dans le club de football ardennais de Chooz, qui évolue en Division d’honneur régional (DHR). Mais la saison 2010-2011 se disputera sans lui. Les dirigeants du club ont en effet refusé de lui accorder sa licence en raison… de son homosexualité.

Insultes et discriminations

"Je suis tellement navré. Je voulais juste jouer au foot avec mes potes", a déclaré le libero de 28 ans qui doit décider jeudi s'il porte l'affaire devant la justice. "Aller en justice pour gagner quoi?" s'interroge-t-il. "Je voudrais juste que le ministère, la fédération et le Paris Foot Gay (PFG), club de foot homosexuel de la capitale, travaillent ensemble contre l'homophobie".

En 2009 déjà, les injures de l'un de ses coéquipiers devant les caméras de France 3, ajoutées aux discriminations quasi quotidiennes de ses dirigeants (rétrogradation, perte de licence, etc...) avaient poussé Yoann Lemaire à quitter son club. Après une année sabbatique durant laquelle il avait écrit un livre (Je suis le seul footballeur homo - enfin j'étais), une conciliation tenue en juin dernier entre la ligue de Champagne, la fédération, la mairie de Chooz, le club et le joueur qui l'avait agressé, avait abouti à la décision de le réintégrer.

Le précédent du PFG

Yoann Lemaire qui avait alors demandé sa licence, a reçu fin août une lettre lui indiquant que le club s'opposait à son retour (...) "dans un souci de protéger les deux parties. En effet, il nous semble important, compte tenu de la passion encore sensible depuis les événements de mai 2009 et la médiatisation qui en a résulté, d'éviter de nouveaux incidents."

De son côté, le PFG a annoncé réfléchir à saisir la justice et la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (Halde). "Mais sans Yoann, afin de le protéger", a précisé Pascal Brethes, responsable du PFG. Le club avait déjà été victime d’homophobie en octobre 2009. Le Créteil Bébel avait refusé de l’affronter. "Par rapport au nom de votre équipe et conformément aux principes de notre équipe, qui est une équipe de musulmans pratiquants, nous ne pouvons jouer contre vous", indiquait le club francilien dans un courriel. Un refus qui lui avait coûté une exclusion du championnat amateur.