Trop de Noirs dans un immeuble ? Un bailleur poursuivi

  • A
  • A
Trop de Noirs dans un immeuble ? Un bailleur poursuivi
@ MAX PPP
Partagez sur :

MALAISE - L'office HLM Logirep, qui avait refusé un logement à un homme d'origine ivoirienne, est jugé pour discrimination raciale.

L'affaire. La Logirep a-t-elle refusé d'attribuer un logement à un homme parce qu'il est noir ? Cet office HLM d'Ile-de-France fiche-t-il ses locataires en fonction de leur origine ? Le tribunal correctionnel de Nanterre se prononce vendredi sur ces questions, après avoir été saisi par un homme qui s'était vu refuser un appartement en raison de sa couleur de peau.

Un problème de "mixité sociale". Un emploi stable à la RATP, un bon salaire... Frédéric pensait avoir toutes les chances d'obtenir un logement social en Ile-de-France. Et pourtant, la Logirep, l'un des plus gros offices HLM de la région, lui refuse. C'est une case, cochée pour justifier le refus du bailleur social de lui attribuer un logement HLM, qui a intrigué Frédéric. "Mixité sociale", peut-on lire. L'homme, Français d'origine ivoirienne, demande alors des explications. Il découvre alors le souci : sa couleur de peau.

"Beaucoup de personnes d'origine africaine". "Sur cette tour-là, ça pose problème. Il y a déjà beaucoup de personnes d'origine africaine et antillaise. Si vous aviez été sur une tour où il y a trop de Maghrébins, on ne vous aurait pas accepté si vous aviez été Maghrébin. On essaie un peu de mixer tout ça", lui répond une salariée de la Logirep.

Un fichier sur les "origines". "On ne sait pas ce qui a pris cette dame, ce n'est pas comme cela qu'on travaille", se défend le directeur général de la Logirep, Christian Giuganti, au micro d'Europe 1. Mais l'évocation des fichiers informatiques, retrouvés par les policiers dans les ordinateurs de sa société, sur lesquels les locataires sont classés par nationalité et par origine, le met plus mal à l'aise. "C'est marqué 'origine', mais c'est le lieu de naissance. Le propos a peut-être été mal libellé dans le fichier. Il n'y a rien à caractère racial, la couleur de peau n'intervient jamais sur les fichiers de la société", assure-t-il.

Mais pour les associations de lutte contre le racisme, qui se sont jointes à la plainte de Frédéric, cette ligne de défense ne tient pas. Ainsi, elles expliquent que dans les fichiers de la Logirep,  les Français nés dans les DOM-TOM étaient inscrits comme Réunionnais ou Guadeloupéens, seulement s'ils étaient noirs.