Trop de HLM sont vides

  • A
  • A
Trop de HLM sont vides
@ MAX PPP
Partagez sur :

Jusqu'à 25.000 logements n’auraient pas d’occupants, selon Le Parisien mercredi.

En France, près de 700.000 personnes attendent d’avoir un logement dans le parc HLM. Or, selon les chiffres publiés mercredi par Le Parisien à partir d'un listing confidentiel, entre 20 et 25.000 de ces appartements sociaux sont actuellement vides.

Alors que le taux de vacance moyen se situe entre 3 et 4%, dans certaines villes, il grimpe jusqu’à 18%, comme à Modane en Savoie ou à Revin dans les Ardennes. Parmi les départements où le gâchis est le plus important : le Loir-et-Cher, le Tarn-et-Garonne et la Haute-Marne.

Des logements qui n'attirent plus

Pourquoi ces logements restent vides ? Il ne s’agit pas seulement de vacance, le temps que de nouveaux locataires emménagent ou le temps de faire des travaux. De plus en plus de HLM ne sont plus adaptés aux besoins des locataires : ils sont parfois trop petits, mal desservis par les transports en commun, ou trop chers par rapport au parc privé. "Quand vos revenus sont trop faibles, vous refusez un logement qui vous obligerait à acheter une voiture", explique Laure Bourgoin, de l'association de consommateurs CLCV, citée par Le Parisien.

"Le vrai problème, c’est que les logements sociaux qui sont disponibles, dans la très grande majorité, sont dans des zones où il n’y a pas de demandes de logements", a réagi sur Europe 1 Christine Boutin, l’ancienne ministre du Logement.

En cause aussi : la vétusté des logements. "On a besoin d’aide de l’Etat, d’aide de collectivités territoriales pour réhabiliter les bâtiments", reconnaît Marc Petit, le maire de Firminy, dans la Loire, 9% de logements vides, au micro d’Europe 1.

La menace d'une réquisition ?

Les bailleurs sociaux sont au passage pointés du doigt, peu enclins pour certains à faire rapidement des travaux pour accueillir de nouveaux locataires. "Il n’y a pas de brebis galeuse dans le logement social", a rétorqué sur Europe 1 le président de l'Union sociale pour l'habitat, Thierry Repentin. "Il y a bien sûr des logements sociaux vacants. Nous libérons des logements pour les remettre aux normes, pour faire des réhabilitations", s'est-il expliqué.

Que faire au final pour que la situation change ? Si les bailleurs ne font rien pour régler le problème dans un délai de six mois, "que l’Etat réquisitionne ces logements vides", met en garde l’ancienne ministre socialiste du logement, Marie-Noëlle Lienemann, interrogée par Le Parisien.