Tristane Banon, l’ombre du père

  • A
  • A
Tristane Banon, l’ombre du père
Europe 1 a rencontré au Maroc le père de Tristane Banon@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Europe 1 a rencontré au Maroc Gabriel Banon, le père de l’accusatrice de DSK.

Cela fait cinq mois, assure-t-il que Gabriel Banon n’a pas eu de contact avec sa fille. Et la dernière fois qu’ils ont passé un long moment ensemble, c’était il y a deux ans, quand celle qui accuse Dominique Strauss-Kahn s’était rendue dans sa propriété, en Suisse. L’homme, âgé de 83 ans, n’a jamais été un père présent. Mais à le croire, les ponts ne sont aujourd’hui pas totalement coupés.

Un homme réservé

Pour autant, l’homme, volontiers disert sur son parcours remarquablement riche, se montre réservé quand il s’agit d’aborder l’affaire qui a rendu son nom de famille célèbre. "Je n’ai pas de commentaires, c’est un problème qui la concerne, et je ne vois pas ce que je peux faire là-dedans", consent-il juste à lâcher à Europe 1, qui l’a rencontré dans un café de Casablanca en marge d’un débat sur les futures élections marocaines.

"Un problème qui la concerne" :

Cette réserve s’explique aussi par son attitude avec la dernière de ses quatre enfants. Car s’il a bien donné son nom à Tristane, il n'a pas retrouvé le chemin de la maternité après l'avoir reconnue à la mairie de Neuilly, pressé de retrouver sa famille légitime. C’est en tous cas ce que rappelle douloureusement sa fille quand elle évoque son père sur les plateaux télé.

Un CV impressionnant

Gabriel Banon passe désormais une partie de son temps à Casablanca, sa ville natale. Il est devenu l’une des figures de la communauté juive de la cité marocaine, et c’est à ce titre qu’il était invité comme grand témoin par une radio locale pour commenter l’arrivée imminente des élections au Maroc.

L’homme affiche un CV impressionnant : il fut notamment conseiller du président Georges Pompidou, mais aussi du leader palestinien Yasser Arafat, dont il fut très proche entre 1993 et 1996. Le père de Tristane Banon partage désormais sa vie entre les Etats-Unis, la Suisse et donc le Maroc. Un pays où, coïncidence, Dominique Strauss-Kahn, l’agresseur présumé de sa fille, était encore récemment pour se reposer dans son ryad de Marrakech.