Très cher dépassement d'honoraires

  • A
  • A
Très cher dépassement d'honoraires
66 médecins installés dans les grandes villes françaises facturent leur consultation jusqu'à 5 fois le tarif conventionnel.@ MAXPPP
Partagez sur :

Seuls 55% des médecins facturent leur consultation selon le tarif conventionnel.

Vous trouvez que votre médecin vous coûte de plus en plus cher ? Ce n'est peut-être pas qu'une impression. A Paris, notamment, seuls 55% des médecins, spécialistes et généralistes, pratiquent le tarif remboursé par la Sécu pour leurs consultations, révèle une enquête publiée par le quotidien le Monde, menée à partir des données du site Ameli.fr de l'Assurance maladie.

Dans le détail, tous généralistes et spécialistes confondus, la consultation s'élève dans la capitale à 15 euros au-dessus des tarifs de la Sécurité sociale. L'écart monte à 20 euros pour l'ensemble des spécialistes, et même à près de 30 euros pour les seuls spécialistes à honoraires libres

500 euros pour le cancérologue Khayat

Parmi les médecins aux honoraires les plus élevés, 55 exercent dans le cadre de l'hôpital public, où ils disposent d'un secteur libéral, et 53 sont parisiens. La consultation la plus chère est celle du cancérologue David Khayat à 500 euros, note le quotidien.

Selon la localisation des médecins à Paris, ceux qui pratiquent plus de deux fois les tarifs de base se situent surtout dans les quartiers chics de l'ouest et du centre, où la clientèle est plus solvable. Le phénomène est connu: les médecins qui s'installent en zone surdotée en professionnels, comme l'est Paris, ont tendance à pratiquer des tarifs plus élevés, comme l'avait montré une étude de la direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques en 2011. Ce qui permet d'avoir moins de patients, tout en gagnant autant, voire plus. Alors qu'on aurait pu s'attendre à ce que la concurrence fasse baisser les prix, c'est l'inverse qui se produit, les médecins ayant tendance au mimétisme dans la fixation de leurs tarifs, explique le Monde.

Dans les autres grandes villes, le phénomène est plus restreint. 66,5% des médecins pratiquent le tarif Sécu à Lyon, 88,1%.

Un phénomène plus restreint en province

L'enquête a été menée à l'aide d'un outil informatique spécifique "aspirant" les 15.500 fiches des médecins exerçant dans les dix plus grandes villes de France que l'on peut consulter habituellement une par une sur le site, transformant le tout en une banque de données analysable.

Des tarifs peu contrôlés

Une seule règle régit les dépassements d'honoraires : appliquer ses tarifs avec "tact et mesure", comme l'indique le code de déontologie. Le médecin peut donc pratiquer des honoraires plus élevés selon sa notoriété, mais il doit les moduler selon la situation de chaque patient.

En 2008, l'Assurance-maladie a lancé une première opération de contrôle des tarifs des médecins hospitaliers. Elle s'est soldée par une dizaine de convocations de pontes parisiens par le conseil de l'ordre. Le tout a été discrètement réglé, et aucune sanction n'a été appliquée. Les médecins ont dû s'engager sur l'honneur à baisser leurs tarifs.

Une nouvelle campagne est en cours : 28 hospitaliers et 250 libéraux sont cette fois dans le viseur. L'Assurance-maladie a fixé un seuil, qui se situe entre trois et quatre fois le tarif de la Sécu.