Toscan du Plantier: l'extradition reportée?

  • A
  • A
Toscan du Plantier: l'extradition reportée?
@ REUTERS
Partagez sur :

Selon l'avocat du principal suspect, des erreurs ont été commises pendant l'enquête.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Toscan du Plantier. L'extradition vers la France de Ian Bailey, principal suspect du meurtre de Sophie Toscan du Plantier, épouse du producteur de cinéma tuée en Irlande en 1996, devrait être reportée en raison de la découverte de nouveaux éléments.

Des éléments à "couper le souffle"

Selon l'avocat du principal suspect, des éléments "à couper le souffle" sur des erreurs commises par les policiers irlandais pendant leur enquête devraient entraîner un report de la décision d'extradition du journaliste. Une décision confirmée jeudi par la présidente de la Cour suprême irlandaise, Susan Denham.         

Le journaliste britannique Ian Bailey est sous le coup d'un mandat d'arrêt européen. Le 18 mars, le tribunal de Dublin a fait droit à la demande d'extradition d'un juge d'instruction français. Interrogé deux fois mais jamais formellement mis en cause en Irlande, le suspect, qui nie toute implication dans le meurtre de Sophie Toscan du Plantier, pourrait être jugé en France et encourir la réclusion criminelle à perpétuité.

Sophie Toscan du Plantier, 39 ans, a été retrouvée morte le 23 décembre 1996, quatre jours après son arrivée pour les fêtes de Noël dans une région isolée du sud-ouest de l'Irlande.  Son corps, retrouvé à l'extérieur de sa résidence, portait des blessures à la tête.       

Qui est Ian Bailey ?

Ian Bailey avait fait naître les soupçons en étant parmi les premiers sur les lieux du crime puis en faisant état dans des articles d'éléments que seuls les enquêteurs et le meurtrier étaient censés connaître. Le journaliste avait également été visé par le témoignage d'une femme, Marie Farrel, qui affirmait avoir vu le journaliste la nuit du meurtre vers 3 heures, rôdant à proximité du domicile de la victime. Mais cette femme s'était ensuite rétractée en accusant la police irlandaise de lui avoir soufflé ses déclarations.