Tirs à Paris : "ce qui m'a marqué, c'est son regard"

  • A
  • A
Tirs à Paris : "ce qui m'a marqué, c'est son regard"
Après la série de tirs survenus à Paris lundi (à Libération puis sur l’esplanade de La Défense), un seul homme est recherché. Car il s’agirait bien du même individu, pensent les enquêteurs.
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Le rédacteur en chef de BFMTV s'est retrouvé vendredi face à l'homme suspecté d'avoir tiré à Libération et à la Défense lundi.

L'INFO. "Un homme est descendu des escaliers du hall, assez rapidement. Il m'a regardé très précisément. Et il m'a mis en joue, à deux reprises, avec un fusil, a priori un fusil à pompe." Philippe Antoine, rédacteur en chef de BFMTV, s'est retrouvé nez à nez, vendredi, avec un homme armé. La scène, qui s'est déroulée dans le hall de la chaîne d'information, ressemble fortement à celles qui agitent Paris depuis lundi matin. Un homme est en effet soupçonné d'avoir tiré sur un photographe à Libération, puis d'avoir ouvert le feu à la Défense. Les enquêteurs privilégient la piste du tireur unique. Philippe Antoine a accepté de témoigner au micro d'Europe1.

"Je ne vous louperai pas". "C'était vendredi, à 6h53, heure à laquelle j'arrive en général", raconte Philippe Antoine. "Il m'a dit une phrase. Je n'ai pas entendu mais le gardien, qui était juste à côté de moi, a entendu : 'la prochaine fois je ne vous louperai pas'", poursuit le journaliste. "Ensuite, il a laissé tomber par terre deux cartouches, celles utilisées par les chasseurs contre les sangliers, qui font énormément de dégâts. J'ai eu beaucoup de chance. Soit il a essayé de tirer et c'était enrayé, soit il les a laissées tomber", en guise de menace. Mais le rédacteur en chef assure pour autant "n'avoir pas eu le temps d'avoir peur". "J'ai eu un mouvement de recul parce que j'ai compris qu'il y avait une menace. Mais c'est après qu'on réalise. À 6h53, on ne s'attend pas à vivre ce genre de chose".



Témoignage de Philippe Antoinepar Europe1fr

"Il savait ce qu'il faisait". Peu d'informations circulent sur le suspect. On ignore ses motivations. En revanche, les enquêteurs sont formels : l’homme est "dangereux". Et selon Philippe Antoine, il semble également bien déterminé. "Mes souvenirs de son aspects physiques sont assez imprécis. J'ai le souvenir d'un homme d'1m70, de 35 ou 40 ans. Il a un visage de couleur blanche, plutôt mal rasé. Mais ce qui m'a surtout marqué, c'est son regard", se souvient le journaliste. "J'ai senti de l'intensité, et beaucoup de détermination. Il semblait savoir ce qu'il faisait, rapidement mais sans précipitation, sans panique mais bien préparé".

Preuve de cette "détermination", selon Philippe Antoine : les images des caméras qui ont filmé le suspect, assis sur le banc du tramway juste à côté de BFMTV. "Il n'est même pas 7h du matin, il fait froid, il ne bouge pas pendant 20 minutes… et d'un coup, il se lève et il rentre : C'est comme s'il attendait qu'il y ait de l'activité, comme s'il avait tout préparé et qu'il savait précisément ce qu'il allait faire".

sur le même sujet

L'ESSENTIEL - Le film de la journée

INFO E1 – Déploiement de policiers devant les grands médias

TEMOIGNAGE – Tirs à la Défense : "Il avait l’air très froid"