TGV en retard : le geste de la SNCF

  • A
  • A
TGV en retard : le geste de la SNCF
Les abonnés forfaitaires du réseau TGV recevront des dédommagements.@ REUTERS
Partagez sur :

En réponse aux abonnés "grévistes" des TGV, la SNCF a annoncé des dédommagements.

La direction de la SNCF a annoncé vendredi qu’elle attribuerait aux abonnés "en grève" des compensations destinées à combler les désagréments dus aux retards des TGV. Les abonnés TGV forfaitaires recevront ainsi en février 200 euros en bons d’achats de dédommagement, et le prix de leur abonnement n’augmentera pas le 1er juillet 2011.

En outre, des comités de ligne seront créés sur tous les axes TGV de France, avec des réunions trimestrielles.

Une "promesse de grande vitesse" à tenir

"On a convenu de travailler sur ce qui pourrait être une évolution du contrat avec la SNCF", a expliqué Barbara Dalibard, la directrice générale de SNCF Voyages, à l'issue d'une réunion avec les associations nationales de voyageurs et les collectifs de lignes concernés. La rencontre, jugée "assez constructive" par Barbara Dalibard, a duré près de trois heures, indique un communiqué de la société. Un effort doit de plus être fait sur la communication, les abonnés au TGV, qui représentent 3% des clients, étant sensés bénéficier d'une "promesse de grande vitesse", a-t-elle ajouté.

Un mouvement de grèves d'abonnés de la SNCF s'est répandu ces dernières semaines. Les usagers "mutins" refusent de présenter leur titre de transport au contrôleur, exigeant une ristourne sur leur abonnement, en compensation de tous les retards subis.

Mêmes revendications sur le réseau TER

Estimant que les réseaux régionaux (desservis par les TER et les Transilien) ont été oubliés, l'association d'usagers Avuc, l'un des fers de lance du mouvement de mécontentement, a toutefois appelé vendredi à une grève nationale de présentation des billets dans les TER à partir de lundi. "Notre mot d'ordre sera repris partout", a avancé sur Europe 1 Michel Pottier, président de l'Avuc.

Barbara Dalibard a toutefois jugé qu’il s’agissait là d’une autre "problématique", qui devait être réglée directement par les conseils régionaux.