Tests sanguins encourageants pour Baby et Népal

  • A
  • A
Tests sanguins encourageants pour Baby et Népal
Baby et Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon accueillies à la mi-juillet par la princesse Stéphanie dans une propriété près de Monaco, ont subi des premiers tests "négatifs" laissant espérer qu'elles ne sont pas porteuses de tuberculose, a indiqué jeudi un communiqué.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les deux éléphantes ont subi des premiers tests "négatifs" à la tuberculose.

Baby et Népal, les deux éléphantes du zoo de Lyon accueillies à la mi-juillet par la princesse Stéphanie dans une propriété près de Monaco, ont subi des premiers tests "négatifs" laissant espérer qu'elles ne sont pas porteuses de tuberculose, a indiqué jeudi un communiqué. Les éléphantes Baby et Népal appartenant au Cirque Pinder et accueillies par la princesse Stéphanie sur le domaine de Fonbonne à Peille (Alpes Maritimes) "ont été testées sérologiquement conformément aux protocoles établis par les autorités sanitaires françaises" et  "ces tests se sont révélés négatifs, ce qui est un résultat encourageant et rassurant sur l'état sanitaire de Baby et Népal vis à vis de la tuberculose", selon un communiqué officiel de la princesse Stéphanie. "Au mois d'octobre prochain, d'autres tests seront pratiqués afin de valider ces premiers résultats", ajoute le texte.

Ces tests "très encourageants", mis au point aux Etats-Unis et qui détectent les anticorps dans l'organisme apparaissant en cas de tuberculose, devront être réitérés dans trois mois puis dans six mois, a précisé Florence Ollivet-Courtois, vétérinaire spécialisée dans les animaux de parcs zoologiques. "Aucun test n'est 100% fiable. Il faut les répéter pour les valider", a expliqué à l'AFP la vétérinaire qui a fait la prise de sang en présence de services sanitaires français. "Plus on fait de tests négatifs, plus on sera convaincus que les éléphantes n'ont pas la tuberculose". Ces animaux avaient été condamnés car ils se trouvaient à proximité d'un animal qui avait la tuberculose, rappelle-t-elle.

Les premiers prélèvements scellés ont été conduits au laboratoire vétérinaire départemental de Sophia Antipolis et à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) à Paris . Ils se sont révélés négatifs dans les deux laboratoires. Les deux éléphantes, qui ont échappé à l'euthanasie, vivent actuellement dans une propriété de la famille princière dans un parc de 3.500 m2 avec un énorme abri en bois et une piscine pour s'abreuver et se rafraîchir. Elles se portent bien, a précisé la vétérinaire.