TÉMOIGNAGE E1 - Milly-la-Forêt : "c'est révoltant"

  • A
  • A
TÉMOIGNAGE E1 - Milly-la-Forêt : "c'est révoltant"
Marie-Christine Hodeau a été violée puis tuée en septembre 2009.@ MAXPPP
Partagez sur :

 Morgane, violée par le récidiviste, explique pourquoi elle témoigne.

"C'est peut être une goutte d'eau dans la mer ce que je fais, mais je pense que c'est nécessaire". Courageusement, Morgane, aujourd'hui âgée de 24 ans, a décidé de venir témoigner au procès de Manuel Ribeiro Alves Da Cruz, qui s'est ouvert mercredi, devant le cour d'assise d'Évry, dans l'Essonne.

Le violeur récidiviste de 42 ans est accusé d'avoir enlevé, violé et assassiné Marie-Christine Hodeau, alors qu’elle faisait son jogging, vers 9 heures le 28 septembre 2009. Un scénario qui trouve un certain écho auprès de Morgane. Cette jeune femme a elle aussi été violée par Manuel Ribeiro Alves Da Cruz, alors qu'elle n'était âgée que de 13 ans.

Pour ces faits, l'homme a été condamné, en 2002, à 11 ans de réclusion criminelle. Le récidiviste a bénéficié d'un aménagement de peine en étant placé sous liberté conditionnelle en 2007.

"Il faudrait remanier le système judiciaire"

Interrogée par Europe 1, en 2009, alors que l'affaire de Marie-Christine Hodeau avait relancé le débat sur la récidive, Morgane avait témoigné de son "aberration". "Quand un violeur prend 11 ans, et qu'il est libéré au bout de 6 ans et demi, qu'il ne respecte pas, ni son traitement chimique, ni son suivi psychologique, il faudrait peut-être commencer à se poser des questions sur la mentalité et la dangerosité de l'individu", avait-elle souligné.

"Se poser des questions sur la dangerosité de l'individu" :

"C'est vraiment malheureux qu'on soit obligé d'attendre qu'il y ait des récidives et des meurtres pour enfin comprendre que la personne était dangereuse, enfin comprendre qu'il faudrait remanier le système judiciaire par rapport à ces gens. C'est révoltant, je ne trouve pas de mot" avait-elle ajouté, très émue par la nouvelle de la mort de Marie-Christine Hodeau.

La jeune femme avait reproché au système judiciaire de ne "pas punir correctement les violeurs", mais de seulement les "gronder". "Les bracelets électroniques, ça devrait être obligatoire pour tous. Au moins on saura où ils se trouvent en temps et en heure. Peut-être que déjà, ça les ferait réfléchir à deux fois avant de faire n'importe quoi", avait-elle souligné.

"Je ne perds pas espoir qu'un jour ça change"

La jeune femme, qui a publié en 2009 un livre intitulé J'ai toujours dit qu'il recommencerait, explique l'importance pour elle de témoigner de son agression et déplore que celle de Marie-Christine Hodeau n'ait pas pu être empêchée. "Je ne perds pas espoir qu'un jour ça change. Mais, je le dis, avec le nombre de cas qu'on entend à la télé, c'est quasiment tous les jours qu'il y a des viols, des meurtres, et je n'ai pas l'impression que les choses avancent beaucoup", avait-elle commenté.

Entendue jeudi par la cour d'assises de l'Essonne, Morgane espère que son témoignage "fera bouger les choses". "Si je ne témoigne pas, si mes parents ne témoignent pas, si les autres victimes ne témoignent pas, ça ne fera jamais bouger les choses. C'est peut être une goutte d'eau dans la mer ce que je fais, je pense que c'est nécessaire, peut-être qu'un jour on écoutera ce qu'on a à dire."