TÉMOIGNAGE E1 - Inondations : "c'est foutu"

  • A
  • A
TÉMOIGNAGE E1 - Inondations : "c'est foutu"
Le Var a été particulièrement touché par les pluies diluviennes qui se sont abattues ce week-end.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un couple originaire de Tourves a été coincé, en voiture, dans les inondations.

"Vous vous dites : c'est foutu". Jacques et Marie-France Coiffier se remettent à peine de leur mésaventure du week-end. Le couple originaire de Trouves, un village près de Brignoles, dans le Var, a été pris dans les flots du Carami, alors qu'il rentrait en voiture à leur domicile.

Hélitreuillées après 20 minutes d'attente, le couple est désormais sain et sauf, et raconte au micro d'Europe, sa "grosse frayeur".

"C'est foutu" :

 


"Quand on est arrivé au bord de la rivière, j'ai vu que je ne passerai pas donc j'ai voulu tourner, et des que je me suis mis en travers, il y a une vague qui a pris la voiture, le moteur a calé, on est parti dans le virage, et on flottait", raconte jacques Coiffier.

Là, c'est le début des difficultés. Le conducteur perd le contrôle total de son véhicule, se laissant guider par les flots. Rapidement, Jacques décide d'appeler le 112 qui lui conseille d'allumer "tous ce que vous pouvez" pour que l'hélicoptère repère la voiture.

"C'est la grande panique, ça a été très dur parce qu'ils ne nous situaient pas", raconte Jacques Coiffier. "Mon mari a un sens de l'orientation très bon donc il a pu orienter l'hélicoptère grâce à notre petite lampe électrique qu'on a fait tourner", poursuit son épouse.

120 personnes hélitreuillées

Cette dernière, qui a une peur bleue de l'eau, confie avoir vécu un des moments les plus stressant de sa vie. "On voyait l'eau arriver. Vous vous dites : 'c'est foutu'. En plus je ne sais pas nager, j'ai donc doublement la frousse de l'eau. Quand j'ai senti la voiture bouger je me dis : 'c'est bon, on est dans un cercueil métallique, c'est foutu, c'est fini''', raconte-t-elle.

A l'instar de Jacques et Marie-France, 120 personnes ont été hélitreuillées dans le Var. 350 personnes demeurant à Fréjus ont été priées de quitter leur domicile situé dans un "lotissement proche du barrage du Reyran, dimanche, qui présentait des signes de faiblesses".

La tendance était à la décrue lundi matin, de quoi soulager les pompiers mobilisés depuis 48 heures dans le département très touché par les inondations.