Tchats sur internet : soyez prudents, les enfants

  • A
  • A
Tchats sur internet : soyez prudents, les enfants
Partagez sur :

PRÉVENTION - En France, un enfant sur cinq est sollicité sexuellement sur Internet.

L'info. L'association "Innocence en Danger" lance mardi une grande campagne de sensibilisation sur les dangers des forums et tchats sur Internet à destination des enfants et de leurs parents. Pour les interpeller, "Innocence en Danger" a inventé des personnages représentant des smileys au visage d'homme qui tire la langue, le regard exorbité et l'air torve.

Objectif de ces émoticônes dérangeants : dénoncer une triste réalité. Un enfant sur cinq est sollicité sexuellement sur Internet. La campagne entend ainsi montrer que des prédateurs se cachent derrière leur écran sous de fausses identités.

06.01.14 Visuel abris bus de la campagne "Innocence en danger"

Un manque de contrôle parental. En France, ils sont 5 millions de jeunes de moins de 17 ans à surfer sur le web. Et un enfant sur deux se fait des amis sur la toile. Le problème, c'est que ces amitiés se nouent souvent sans aucun contrôle parental puisque dans 75% des cas, les enfants sont autorisés à surfer tous seuls sur Internet. Le risque étant évidemment la mauvaise rencontre.

"Je fais confiance aux gens". C'est ce qui est arrivé à la sœur de Louane, 12 ans. Elle raconte à Europe 1 : "Ma sœur a eu un message d'un monsieur. Elle ne voulait pas lui parler. Et le monsieur lui a dit 'tu parles avec moi, sinon je te viole'". Mais visiblement ce genre de mésaventure n'a pas servi de leçon à la jeune fille. En témoigne sa méthode pour sélectionner les inconnus rencontrés sur Internet qui reste assez aléatoire. "On regarde leur photo, s'ils ont une tête gentille on parle avec eux, raconte-t-elle. Après, on regarde leur profil : ce qu'ils font, leur âge..." Et de conclure naïvement : "Je fais confiance aux gens, voilà." 

750.000 prédateurs sur le web. Sauf qu'évidemment, la confiance ne suffit pas. Nicolas, interrogé par Europe 1, l'a bien compris. "Les gens peuvent mettre des photos qui sont fausses, explique-t-il, parce qu'ils sont malintentionnés." Pour reconnaître ces internautes malintentionnés, Clara, 17 ans, a sa technique. Elle traque notamment les tiques de langage douteux. "Quand ils draguent par exemple, ils veulent trop ressembler à des jeunes. Ça se voit direct", assure-t-elle. 
 
Mais quand malgré tout une mauvaise rencontre a lieu, deux jeunes sur trois n'en parlent pas à ses parents. Selon l'ONU, 750.000 prédateurs rodent toujours sur Internet.1.000 d'entre eux ont été identifiés en novembre dernier grâce à Sweetie, une fillette virtuelle, développée par l'ONG "Terre des Hommes" pour piéger les pédophiles du web.