Sylvie Uderzo : "je veux protéger mes parents des corbeaux"

  • A
  • A
Sylvie Uderzo : "je veux protéger mes parents des corbeaux"
Partagez sur :

<STRONG><STRONG>TÉMOIGNAGE E1 - La fille du co-créateur d'Astérix revient au micro d'Europe 1 sur la plainte déposée par son père à son encontre.

L'INFO. "Ça m'a fait un choc terrible, c'était d'une extrême violence, surtout de voir mon père à la télévision, parler en des termes très durs", a déclaré mercredi matin Sylvie Uderzo au micro d'Europe 1. La fille d'Albert Uderzo, co-créateur de la saga Astérix, revenait sur la plainte qu'a porté lundi son père à son encontre, mais aussi contre son mari, pour "violence psychologique", nouvel épisode d'un conflit familial autour d'un empire financier qui se compte en dizaines de millions d'euros.

• Nouvelle étape d'une saga judiciaire. Ce nouveau rebond judiciaire s'inscrit dans une guerre familiale qui a éclaté en 2007, lorsque Sylvie Uderzo et son époux Bernard de Choisy sont remerciés par les éditions Albert René, en charge des albums d'Astérix conçus après le décès du coauteur de l'irréductible Gaulois, René Goscinny. Contrairement à tout ce qui a été dit, "c'est moi qui aie pris la décision d'écarter ma fille", assurait lundi Albert Uderzo. "Elle me disait: 'toi tu es un artiste. Occupe-toi de ton personnage. Reste dans ta bulle et nous nous occuperons de la gestion de la société'", raconte-t-il. Albert Uderzo dit s’inquiéter de l'emprise de son gendre, "un gourou", sur Sylvie et de sa mainmise sur la maison d'édition. La société est alors cédée à Hachette Livre en 2008, au grand dam de sa fille. En 2011, Sylvie Uderzo, qui a finalement vendu ses parts à Hachette et reçu quelques 13 millions d'euros, porte plainte pour abus de faiblesse puis, en septembre 2013, contre l'expert-comptable du dessinateur, l'accusant de "faux témoignage".



EXTRAIT - Sylvie Uderzo : "Je veux protéger mes...par Europe1fr

• "Protéger mes parents contre des corbeaux". "Je n'ai jamais prétendu que mon père était sénile, il ne l'est pas", a-t-elle poursuivi. "L'abus de faiblesse, c'est malheureusement le seul moyen juridique qu'ont les personnes dans mon cas. Quand on a un certain âge, on a le droit d'être manipulé et d'être manipulable par des hommes en costume-cravate. Cela ne veut pas dire que mon père n'a pas toute sa tête, c'est loin d'être son cas", a précisé Sylvie Uderzo en évoquant sa plainte initiale qui a provoqué une "contre-attaque" de René Uderzo. "Il y a des avocats, des notaires, des experts-comptables qui sont autour de mon père depuis très longtemps. Il faut croire que j'ai du les déranger. Je ne sais pas pourquoi mais l'avenir le dira peut-être très vite", a-t-elle ajouté. "Cette dernière action, c'est un enfumage sur un dossier qui est très long", a-t-elle assuré. "Tout va bien pour moi, donc si c'était une affaire de gros sous, cela se saurait. Je n'ai aucun souci d'existence. J'ai juste perdu mes parents, je suis juste en train de protéger mes parents contre des corbeaux qui sont autour d'eux", s'est-elle encore défendue.

>> L'intégrale de l'interview :



Sylvie Uderzo : "Mon père est manipulé, ça  ne...par Europe1fr
sur le même sujet

ZOOM - Que reproche Albert Uderzo à sa fille ?