Suspendue à cause de son blog porno, elle gagne en justice

  • A
  • A
Suspendue à cause de son blog porno, elle gagne en justice
Des élèves avaient affiché dans l'établissement les photos osées de cette femme de ménage d'un lycée isérois.@ MAXPPP
Partagez sur :

Des élèves avaient affiché dans l'établissement les photos osées de cette femme de ménage d'un lycée isérois.

L'info. C'est une première victoire pour Isabelle Cordeiro. Cette femme de ménage d'un lycée de Romans-sur-Isère, plus connue sur la toile sous le pseudo de La Loupette, avait été mise à pied fin 2012 à cause de son blog porno. Des élèves avaient alors affiché des photos osées de l'agent territorial dans les couloirs de l'établissement. Elle a gagné en première instance contre la région Rhône-Alpes, qui l'emploie, rapporte Le Dauphiné. Mais son combat judiciaire n'est pas terminé.

Des photos affichées dans le lycée. En 2011, Isabelle Cordeiro avait fait l'objet d'une procédure disciplinaire et été exclue trois jours puis suspendue. Des élèves, qui avaient découvert son activité parallèle, avaient placardé des photos issues de son blog porno. Pour la direction de l'établissement, cet incident était incompatible avec ses fonctions de femme de ménage au sein du lycée. Pourtant, comme le rappelait son avocat à l'époque, les clichés étaient tirés d'un "blog à caractère pornographique légalement balisé dès sa page d’accueil comme étant réservé aux adultes avertis, et consentants". Isabelle Cordeiro avait donc décidé de poursuivre son employeur, la région Rhône-Alpes.

La femme de ménage pas responsable. Le tribunal administratif a estimé lundi que comme les photos avaient été diffusées "anonymement par des élèves ou des collègues à l’insu de (la femme de ménage)", Isabelle Cordeiro n'était pas responsable du trouble occasionné. Mais la victoire n'est pas définitive puisque la région a fait appel de la décision.

Une autre procédure en cours. La femme de ménage n'en a d'ailleurs pas terminé avec la justice puisqu'elle a entamé une seconde procédure judiciaire. Isabelle Cordeiro avait en effet été mutée dans un autre lycée après ce premier incident, mais les faits s'étaient répétés dans ce nouvel établissement. Et cette fois, c'est une décision de révocation qu'a prise la région à son encontre en avril dernier. "C’est un délit ! J’ai déjà été mise à pied, la révocation est une deuxième sanction pour une même faute. Ce n’est pas légal !", s'était-elle alors défendu.