"Sur la route, j'ai tué un homme"

  • A
  • A
"Sur la route, j'ai tué un homme"
Bertrand Parent est l'auteur de "Un jour, sur la route, j'ai tué un homme".@ CAPTURE D'ECRAN TWITTER
Partagez sur :

EXCLU - Responsable d'un accident mortel il y a 27 ans, Bertrand Parent se confie dans un livre.

"Un jour, sur la route, j'ai tué un homme". Bertrand Parent a décidé de dévoiler au grand jour ce qui s'est passé il y a 27 ans. Dans un livre témoignage - qui sort jeudi aux éditions Max Milo -, cet homme de 46 ans raconte comment l'accident de la route qu'il a provoqué lors d'un dépassement l'a marqué… à vie. Et a détruit la vie de toute une famille.

"Je percute la voiture qui arrive en face"

C'était un soir. Il faisait nuit et pleuvait. Bertrand Parent avait 20 ans. Il roulait sur une petite route. Il n'avait pas bu. Mais il a entrepris un dépassement dangereux, à une époque de la "culture zéro" en matière de sécurité routière. Pourquoi ? A cause d'une "voiture qui n'allait pas assez vite à (son) goût", confie-t-il au micro d'Europe 1.

Mais quand il s'est déplacé sur la voie de gauche, il s'est retrouvé face à une voiture. Et il se rappelle douloureusement : "je veux freiner pour me rabattre derrière la voiture que je suis en train de doubler. Malheureusement, ma voiture échappe à mon contrôle par un aquaplaning. Et je percute, de plein fouet, la voiture qui arrive en face". Il tue sur le coup Philippe, son conducteur.

Au moment de l'accident, Bertrand Parent ne s'est pas rendu compte de sa gravité. Mais il a compris très vite. "Ca se passe dans l'heure qui suit. Je sens qu'il y a quelque chose de lourd qui se passe. Je le vois aux visages des policiers. Et quand mon père rentre dans la camionnette pour venir me chercher, quand je vois son visage…, je crois que j'ai compris à ce moment-là", se souvient-t-il.

Bertrand Parent a été condamné, un an plus tard, pour homicide involontaire à deux mois de prison avec sursis, 1 500 francs d’amende et seize mois de retrait de permis.

"C'est compliqué de s'en sortir"

Depuis ce drame, Bertrand Parent est devenu journaliste. Il a fondé une famille. Mais il l'avoue sans honte, "c'est difficile de continuer de vivre dans les premiers temps". Et de continuer : "c'est compliqué de s'en sortir, d'essayer de parler de sa souffrance, de se plaindre, quand on imagine la souffrance qu'on a causé en face et qui est autrement plus grande".

"Chacun transforme cette épreuve à sa façon" :

Bertrand Parent assure qu'il a finalement "découvert les biens faits d'en parler. Je me suis libéré d'un poids, même si la culpabilité est là". Mais il lui a fallu 26 ans. Puisque ce n'est qu'au printemps dernier qu'il s'est lancé dans l'écriture de son ouvrage Un jour, sur la route, j'ai tué un homme. Il voulait écrire un livre court et finalement sa plume a été plus généreuse.

L'envie d'écrire sur cette épreuve a engendré un besoin de se recueillir sur la tombe de celui qu'il a tué, Philippe. Bertrand Parent a également ressenti la nécessité de parler avec la famille du défunt, et il a ainsi retrouvé la petite amie de la victime qui se trouvait sur le siège passager au moment du drame.

Alors qu'aujourd'hui une nouvelle campagne de la sécurité routière tente de sensibiliser les Français face aux négligences au volant pouvant déclencher des accidents mortels, à travers son ouvrage Bertrand Parent a choisi de parler pour alerter, encore et toujours, les conducteurs sur les dangers de la route. Il estime qu'il faut aller plus loin.
>> Bertrand Parent sera l'invité de Nicolas Poincaré dans Les récits d'Europe 1 soir, lundi.

>> Un jour, sur la route, j'ai tué un homme, de Bertrand Parent, aux éditions Max Milo, à paraître le 2 février.