Sur Facebook... comme en 14

  • A
  • A
Sur Facebook... comme en 14
Partagez sur :

Et si Facebook avait existé en 14-18 ? C’est l’idée originale du Musée de la Grande Guerre de Meaux.

"La mobilisation vient d'être affichée au mur de la caserne des pompiers (…) C'est donc vrai..."

Voici le statut Facebook posté par Léon Vivien quand il apprend que la guerre éclate, le 1er août 1914. Léon est instituteur, il a 30 ans, une femme qu’il aime, et il va être entraîné dans le premier conflit mondial du XXe siècle.

Léon Vivien n’a jamais existé, il s’agit d’un  faux profil Facebook mis en place par le Musée de la Grande Guerre de Meaux. Objectif,  communiquer auprès d’un large public: "Pendant un mois et demi nous allons raconter l’histoire d’un homme pris dans les méandres de la Grande Guerre (…) ça s’adresse à tout le monde, pas besoin d’être historien pour comprendre" précise Lyse Hautecoeur, chargée de communication du Musée qui lance le projet jeudi.

mobilisation460

Un voyage dans le temps

Fiction pure ? Pas complètement . "Tous les personnages sont fictifs et leurs photos reconstituées,  mais l’histoire est basée sur des faits historiques avérés"  ajoute-t-elle.  Quatre à cinq posts par jour sont prévus sur la page Facebook de Léon Vivien pour raconter 14-18. Tous les documents publiés (audio et photo) sont issus de la collection du musée, la plus large d’Europe sur le sujet, et validés par son conseiller historique Jean-Pierre Verney.

"On ne va pas mettre du LOL ou du MDR"

Dans le récit ainsi tissé sur la page Facebook,  on veille même à faire parler Léon avec le vocabulaire de son temps : "pas  de LOL et de MDR" précise Lyse Hautecoeur . Et pourtant, certaines publications font bel et bien sourire :

latrines460

A la fois opération de communication et véritable cours d’Histoire "2.0" cette opération (orchestrée par l’agence de publicité DDB Paris) a le mérite de rendre plus accessible un chapitre dramatique de notre Histoire. En s’appuyant sur un média plebiscité par les jeunes, elle ouvre peut-être même la voie à une nouvelle forme de pédagogie. Quant à Léon, la question est maintenant de savoir s’il survivra à la guerre.  Pour le savoir, plusieurs milliers de "fans" ont  déjà rejoint la page http://www.facebook.com/leon1914