Suicides et absentéisme à La Poste

  • A
  • A
Suicides et absentéisme à La Poste
@ REUTERS
Partagez sur :

Le rapport d'un syndicat de médecins dénonce des conditions de travail de plus en plus difficiles.

Il n’y a pas qu’à France Telecom que les employés vont mal. Le syndicat des médecins de La Poste a dénoncé jeudi, dans un rapport, des "situations d'épuisements physiques et psychiques" et une "très forte augmentation" des accidents du travail au sein de l'entreprise. Y sont également mis en avant des cas de suicides et d'absentéisme pour maladies.

Des indicateurs alarmants

Dans un courrier de 8 pages envoyé le 20 mai au président du groupe, à son Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT), aux ministres de tutelle et aux inspecteurs du travail, dévoilé jeudi par le Télégramme, le syndicat des médecins de prévention de La Poste recense des indicateurs alarmants pour la santé au travail des 300.000 salariés du deuxième employeur public de France.

Parmi les clignotants au rouge, "des suicides ou tentatives de suicide dont on peut penser qu'ils sont exclusivement liés à des situations de vie professionnelle", dans "toutes les régions", "tous les métiers" et aux "différents niveaux de l'entreprise".

Explosion des congés non accordés

Le rapport affirme que le "taux d'absentéisme pour maladie atteint des seuils sans précédent", estime que "les agents à la distribution sont confrontés à des situations d'épuisements physiques et psychiques" et constate une "très forte augmentation" des accidents du travail et maladies professionnelles.

Le texte relève en préambule que "les rapports annuels des médecins du travail soulignent depuis plusieurs années une dégradation de la vie au travail". Le rapport constate aussi une explosion des congés non accordés et les pressions exercées sur certains salariés pour qu'ils quittent l'entreprise.

Peu de considération apportée

Selon le syndicat de médecins, "il faut engager des actions concrètes pour enrayer ce qui pourrait vite devenir un processus morbide connu aujourd'hui par d'autres entreprises", comme France Télécom. "Nous avons loyalement alerté nos directions et notre filière de cette situation alarmante et sommes déçus par le peu de considération apportée voire, plus grave, par le déni manifeste", soulignent les praticiens.

La directrice de la prévention de la santé et de la sécurité au travail de La Poste, Pascale Duchet-Suchaux, interrogée par le quotidien Le Télégramme, a contesté le rapport et l'a jugé "très catégorique".