Suicide : "c’était un postier à l’ancienne"

  • A
  • A
Suicide : "c’était un postier à l’ancienne"
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMOIGNAGE E1 - Une ex-collègue décrit la victime, 55 ans, comme un salarié exemplaire.

Francis, 55 ans, s'est pendu mercredi à l'heure de sa pause déjeuner dans son bureau de la Poste de la Fère, dans l'Aisne. Juste avant de mettre fin à ses jours, il a rédigé un mail dans lequel il met directement en cause sa hiérarchie. Europe 1 a retrouvé une ancienne collègue de ce guichetier. Elle évoque un salarié exemplaire et accuse à son tour la direction de La Poste.

>>  A lire aussi - Suicide : le mail d'adieu d'un postier

"C’était un postier à l’ancienne"

Boursier.com - La Commission européenne autorise deux aides d'Etat en faveur de La Poste
"C’était vraiment un homme que j’estimais beaucoup ", a confié cette ancienne salariée de la Poste, se disant "bouleversée", par l'annonce de cette mort. Elle se souvient de quelqu'un de "très serviable", qui faisait même "le travail qui n’était pas à lui,"  et qui "ne voulait pas rester sans rien faire". "C’était un postier à l’ancienne", a-t-elle confié.  

Pour elle, Francis voyait "surtout le besoin du client" et "pas forcément" ce que la Poste lui demandait de lui vendre. "Je sais que mon amie me disait : quand il n’est pas là, je fais demi-tour parce que lui au moins il sait rendre service aux gens", s'est encore souvenue l'ancienne postière.

>> DOC E1 - "J'ai attendu un vrai message d'espoir"

"Nous sommes partis comme France Télécom"

"Je peux vous dire aussi qu’avec les nouvelles façons de manager de la Poste, si vous ne remplissez pas les objectifs, ça y est, vous ne travaillez pas bien, vous êtes, comme il le disait, un lent [dans sa dernière lettre, NDLR], un incapable", a-t-elle encore déploré. "Et si [les employés] ont le malheur de s’en plaindre, on leur dit : c’est parce que vous ne savez pas vous organiser", a-t-elle confié, concluant sur une comparaison sans appel : "lorsque je discute avec d’anciens collègues, je me dis que nous sommes partis comme France Télécom".

>> A lire aussi - La Poste : quel remède au mal-être ?