Spring break : fête ou débauche ?

  • A
  • A
Spring break : fête ou débauche ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Cette tradition américaine séduit de plus en plus les étudiants français, mais ne fait pas l'unanimité.

Soleil et fête à gogo ! Si le Printemps est la saison des amours, il aussi celle des "spring break", comprenez les "vacances de printemps". Cette vieille tradition étudiante aux Etats-Unis, s'installe en France pour le plus grand bonheur des étudiants qui ont envie de souffler en deux sessions d'examens.

"Filles sexy et cocktails"

Le principe : entre deux semestres de cours, les étudiants partent faire la fête – rien que la fête – pendant toute une semaine au soleil pour des tarifs imbattables. Pour quelques centaines d’euros par personne, les participants bénéficient d’un séjour tout compris. Le voyage se fait en bus ou en train et l’hébergement en hôtel club bon marché. Mais qu’importe, les étudiants n’y vont pas pour se reposer, mais pour faire la fête non-stop.

Et les organisateurs savent user d’arguments de chocs pour attirer leurs clients : "filles sexy", "bikinis" ou encore "soirées énormes" s’affichent en grand sur les sites Internet des vendeurs de voyages. Certains en font même la promotion sur le site de micro-blogging Twitter ou sur Facebook.

La bande annonce de l’"ultimate european spring break" postée sur Youtube :

Concours de bière et open bar

Paris-Dauphine fait partie des universités qui organisent un "spring break" pour ses étudiants. "Nous emmenons 114 personnes à Salou en Espagne cette année", explique Manon, l’une des organisatrices, à Europe1.fr. "Les étudiants y vont pour faire la fête pendant quatre jours. Nous avons prévu des jeux comme des "beer contest". Et les étudiants auront aussi accès à un open bar de 10 heures du matin à minuit", poursuit-elle.

Car l’alcool est aussi un argument de choc pour attirer les clients. Il coule à flot pendant cette semaine de vacances. Alors les organisateurs n’hésitent pas à proposer des jeux autour de la boisson. "Le "beer contest" est un jeu dont le but est de finir le premier un certains nombre de verres de bières", précise Manon, qui partira le 16 avril avec les étudiants de Dauphine faire la fête en Espagne.

"Saloufest", version anglaise du spring break

L'Espagne figure parmi les destinations favorites. Et Salou est une destination prisée par les universités, au grand dam des habitants. Cette petite station balnéaire située entre Barcelone et Valence, accueille chaque année depuis 8 ans, le "Saloufest", un festival universitaire anglais officiellement consacré au sport. En réalité, il s’agit de 15 jours de débauche où tous les excès sont permis.

Les habitants sont excédés par les nuisances causés par les étudiants :

REAGISSEZ - Que pensez-vous que les "spring break" vont trop loin ?