Soupçons de viol au "36" : que sait-on ?

  • A
  • A
Soupçons de viol au "36" : que sait-on ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUÊTE - Deux policiers de l'Antigang, soupçonnés du viol d'une touriste, ont été mis en examen dans la nuit de samedi à dimanche.

36. Le commissaire Maigret, des escaliers interminables qui mènent à des bureaux où la lumière ne s'éteint jamais...  Sur l'île de la Cité, le 36 quai des Orfèvres est bien plus qu'une simple adresse : c'est un mythe. Mais sous sa "tour pointue", le prestigieux siège de la police judiciaire parisienne est secoué par une sombre affaire. Quatre de ses occupants, membres de l'Antigang, sont  accusés de viol au sein même de leurs locaux par une touriste canadienne. Deux enquêtes sont en cours.

Les 105 marches du célèbre escalier en lino noir.

© PREFECTURE DE POLICE DE PARIS

Un flirt arrosé dans un pub. Tout commence mardi soir, dans un pub irlandais situé juste en face du 36 quai des Orfèvres. Une touriste canadienne, actuellement en vacances à Paris, sympathise avec plusieurs policiers de la BRI, la brigade de recherche et d'intervention, dite Antigang. La soirée est festive et alcoolisée, comme à l'accoutumée dans ce bar. La jeune femme, âgée de 34 ans, finit par flirter avec un policier. Le fonctionnaire et un de ses collègues lui proposent alors une visite du "36", pour y récupérer ses affaires et faire visiter les locaux à sa conquête, dont le père est policier au Canada.

Parole contre parole. Que s'est-il passé ensuite ? Les versions divergent. Selon plusieurs témoins, chargés de surveiller le siège de la police judiciaire parisienne, la jeune femme semblait "guillerette et joyeuse" lors de sa balade dans les bâtiments. Mais lorsqu'elle quitte le 36 quai des Orfèvres, son attitude est toute autre. Une source judiciaire, citée par Le Monde, évoque une jeune femme "en pleurs, choquée et sidérée". Selon les informations d'Europe 1, la canadienne est repartie en hurlant et en prétextant qu'on lui avait volé son manteau. Celui-ci a finalement été retrouvé dans le pub, où elle l'avait oublié. Elle assure ensuite qu'on l'a violée et qu'elle souhaite porter plainte

36, quai des orfèvres e1default 930620 16.12

Une plainte et quatre gardes à vue. La victime présumée est alors escortée au commissariat du 4eme arrondissement où elle dépose plainte. Une enquête est ouverte et confiée à "la police des polices". Les enquêteurs identifient rapidement les quatre suspects. Trois d'entre eux se trouvaient au bar où ils ont rencontré la jeune femme, le quatrième l'aurait simplement croisée après les faits. Ces derniers ont tous été placés en garde à vue.

Deux mises en examen. Ces gardes à vue ont débouché dans la nuit de samedi à dimanche sur la mise en examen de deux des policiers accusés. Les deux autres hommes de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI) entendus par les enquêteurs avaient été remis en liberté samedi, le premier dans la journée sans aucune charge au terme de 48 heures de garde à vue et le second dans la soirée après avoir été placé sous le statut de témoin assisté par un juge d'instruction.

Selon une source judiciaire, les deux policiers mis en examen pour viol en réunion ont été placés sous contrôle judiciaire, alors que le parquet de Paris avait requis leur placement en détention provisoire.

02.10-36-quai-930620

Les examens médicaux confirment les rapports sexuels. Les premiers examens médicaux font état d'un ou plusieurs rapports sexuels et d'une légère blessure liée possiblement à un rapport non consenti, rapporte Le Monde. Des prélèvements ADN ont été effectués pour éventuellement confondre les fonctionnaires. Enfin, les "bœufs-carottes" vont devoir confronter les différentes versions et analyser les images des caméras de vidéosurveillances présentes dans le bâtiment.

Enquête pénale et administrative. Une double enquête a été ouverte : pénale d'un côté, administrative de l'autre, confiée à l'Inspection générale de la police nationale. La première va devoir déterminer s'il y a effectivement eu viol. Sur le plan administratif, il y a incontestablement eu faute : il est interdit à un policier de faire entrer dans son service un personnel civil qui n'avait rien à y faire.

Bernard Cazeneuve déterminé. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a promis dimanche de tirer "toutes les conséquences" s'il était avéré que les deux policiers mis en examen durant la nuit avaient violé une touriste canadienne au sein même du 36, quai des Orfèvres.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INTERVIEW - "Ces garçons n'ont plus leur place dans notre unité"

INFO - Soupçons de viol au "36" : deux policiers mis en examen

L'ESSENTIEL - Soupçons de viol au Quai des Orfèvres : que sait-on ?

LES FAITS - Soupçons de viol au quai des Orfèvres : quatre policiers en garde à vue