Son père l’empêche d’aller au lycée

  • A
  • A
Son père l’empêche d’aller au lycée
C'est dans le lycée Jessé-de-Forest que voudrait être scolarisé Mazarine.
Partagez sur :

L’adolescente est victime du refus catégorique de son père qui, malgré son autorité parentale, ne s’occupe pas d’elle.

photo
L'info. A quatorze ans, Mazarine Wairy-Dupuich est une adolescente précoce. Il y a un peu plus d’un an, elle a publié un livre et devait faire son entrée au lycée en septembre dernier. Devait, parce que des histoires familiales l’en empêchent.

Un lycée particulier. L’établissement qu’elle a choisi est le lycée Jessé-de-Forest d’Avesnes-sur-Helpe dans le Nord. Il faut dire que l’établissement dispose d’une classe “Goncourt” grâce à laquelle les élèves étudient les livres récompensés et rencontrent les auteurs.

Le veto du père. Seul hic, son père met un veto catégorique à l’entrée de la jeune fille dans cet établissement. Bien qu’il soit séparé de la mère, il dispose toujours de l’autorité parentale et a le droit de s’opposer à ce genre de choix d’éducation.

Un livre inspiré de sa vie. Son roman Danse, Hermine, je vis !, une fiction inspirée de sa vie, a été une forme d'exutoire. Elle y décrivait la situation complexe qu’elle avait vécu aux côtés de son père et notamment les maltraitances. Elle y évoquait également un monde de la justice frileux et injuste, qui n’écoute pas la parole des victimes. Le livre, publié aux éditions Nord Avril, a régulièrement été salué pour sa qualité. Les lecteurs soulignent souvent l’impressionnante maturité de la jeune fille. Mais là encore, son père s’est mis en travers de son passage. Alors qu’elle connaissait un petit succès dans les salons du livre de la région, il lui a interdit d’y participer. Mineure, elle reste encore sous son autorité.



L’attente à la maison. Dans une impasse, Mazarine attend depuis le début du mois de septembre que sa situation se débloque. Avec sa mère, enseignante et psychologue, elle continue son apprentissage chez elle. La jeune fille bénéficie néanmoins du soutien de ses potentiels futurs camarades. Une amie et élève de la classe “Goncourt” a lancé une pétition en ligne depuis le 11 novembre qui a déjà recueilli plusieurs centaines de signatures. La pétition décrit un père qui exerce son droit de véto “à tord et à travers pour lui faire le plus de mal possible”. “Mazarine n’a plus de contact avec son géniteur, et n’en désire pas”, détaille le texte réclame son intégration au lycée Jessé-de-Forest qui sera envoyé au juge qui traite l’affaire.