SNCF : la CGT veut "poursuivre" la grève

  • A
  • A
SNCF : la CGT veut "poursuivre" la grève
Partagez sur :

Elle a appelé "à poursuivre et amplifier" la grève après avoir rencontré la direction.

"L'échange n'a rien donné", a déclaré le secrétaire général de la CGT-cheminots Didier Le Reste à une centaine de militants rassemblés dans le hall du siège parisien de la SNCF jeudi, après une réunion avec la direction. Il a donc appelé les cheminots cégétistes "à poursuivre et amplifier" la grève reconductible entamée mardi soir à la SNCF. "La direction ne veut pas que le conflit paye. Elle est dans une position de blocage, de verrouillage, de fermeture", a-t-il dénoncé.
Cet appel à la grève se déroule sur fond de divisions syndicales, la CFDT/Fgaac s’étant retirée du mouvement après avoir obtenu des garanties lors des négociations avec la direction. Seuls deux syndicats appellent à la grève, CGT et Sud-rail, qui ont obtenu 57% des voix à eux deux lors des élections au comité d'entreprise de mars 2009.

"C'est insupportable !"

Le directeur des ressources humaines de l'entreprise publique, François Nogué, a durci le ton de façon inhabituelle. Pour lui, une troisième grève en près de trois mois est "assez insupportable pour nos clients et c'est une forme de désinvolture vis-à-vis du service public". Le ton est le même du côté du secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, qui a jugé la grève "incompréhensible et affligeante".

Décompte des grévistes

Signe de la tension régnant entre la CGT et la direction, le comptage des grévistes s’est fait sous contrôle d'une cinquantaine d'huissiers, "dans un souci de transparence", a précisé la SNCF. La direction a recensé jeudi matin 13,85% de grévistes dans l'ensemble de l'entreprise, la CGT 19,65%.

Retour progressif à la normale

La direction de la SNCF a prévu pour vendredi un "retour progressif à la normale" des trafics, avec 83% des TGV, 90% des Transiliens aux heures de pointe en Ile-de-France, 75% des TER, 75% des Intercités et 57% des Téoz.

REAGISSEZ - Comprenez-vous la poursuite de la grève?