SNCF: "Jamais vu une telle vague" de suicides

  • A
  • A
SNCF: "Jamais vu une telle vague" de suicides
@ REUTERS
Partagez sur :

Le week-end de la Pentecôte a été "noir" en raison de cette vague inhabituelle en cette saison.

8.000 naufragés de la SNCF rien qu'à Montparnasse. La mine fatiguée, les passagers en provenance du sud et du sud-ouest sont arrivés avec plusieurs heures de retard à Paris, dans la nuit de lundi à mardi en raison de plusieurs incidents survenus sur les voies. Une journée noire marquée par plusieurs suicides.

"Nous n'avions jamais vu une telle vague d'accidents de personnes comme l'on dit pudiquement pour dire suicide", a déploré sur Europe 1 Michel Pronost, porte-parole de la SNCF. "Douze en trois jours, de samedi à lundi, c'est du jamais vu à la SNCF. C'est un traumatisme pour les conducteurs, les cheminots et les voyageurs, au delà du drame humain qui se cache derrière une telle action", a insisté Michel Pronost.

30.000 kilomètres de voies non protégées

"Maintenant, tout le monde doit s'interroger, y compris à la SNCF. Je pense que dans les jours à venir nous allons nous réunir. Nous allons réfléchir du point de vue technique parce qu'aujourd'hui seules les voies des lignes à grande vitesse sont protégées par des grillages. 30.000 kilomètres de voies ne le sont pas", a souligné Michel Pronost. "C'est un vrai sujet de réflexion, à la fois pour la SNCF et réseau ferré de France. Mais, je crois aussi que tout le monde au sein de la société doit se poser la question de savoir pourquoi dans une période comme celle-là, on assiste à une vague d'accidents qui surprend tout le monde et qui laisse sans doute, tout le monde un peu désorienté", a-t-il insisté.

Des voyageurs indulgents

Les voyageurs ont donc accumulé plusieurs heures de retard en raison de ce macabre record mais aussi d'incidents techniques. Une caténaire a ainsi été arrachée près de Tours, en Indre-et-Loire. Jacques et Marc, de retour de Mont-de-Marsan, ont justement été affectés par cet incident. Après des heures de galère, ils terminent juste la petite collation offerte par la SNCF. "C’est le repas d’excuse de la SNCF : une salade toute flinguée. Mon moral remontera quand je serai dans mon lit", s'amuse Jacques au micro d'Europe 1.

Malgré la fatigue, l'heure n'est pas à la critique. Au contraire. "C’est bien ce qu’ils ont fait. On voit qu’ils sont un peu plus attentionnés avec leurs petits clients de la SNCF", note quant à lui Marc, en référence à la mise en place du plan Pégase. L'activation du Plan contre l'engorgement des gares en situation exceptionnelle, dès 23 heures, a permis à tous les Franciliens naufragés de bénéficier d'un taxi pour rentrer chez eux. Le dispositif a également été mis en place Gare de Lyon.