SNCF : un "plan musclé" contre la fraude

  • A
  • A
SNCF : un "plan musclé" contre la fraude
@ MAXPPP
Partagez sur :

DISSUASION - La SNCF, bien décidée à frapper un grand coup contre les fraudeurs, a fait des recommandations choc au ministre de l’Éducation.

Pour endiguer la fraude, véritable "problème de société en France" selon Guillaume Pépy, le président, la SNCF a remis jeudi une série de recommandations pour renforcer la répression contre les fraudeurs.

"Un plan musclé". "D'ici un à deux mois, nous allons présenter un plan de lutte, qui sera musclé", a indiqué le directeur des TER et Intercités à la SNCF, Alain Le Vern. La décision de la mise en application des nouvelles mesures proposées reviendra au gouvernement cet automne.

Amende forfaitaire de 50 euros. L'idée de la SNCF est d'instaurer une amende forfaitaire non négociable de 50 euros et de faire payer au resquilleur l'ensemble du trajet, qu'il s'agisse d'un TGV ou d'un TER ! Deux nouvelles mesures décourageantes qui viendraient s'ajouter à la limitation de validité d'un billet de TER à une semaine - au lieu de sept - en vigueur depuis dix jours.

>> LIRE AUSSI - La SNCF a été empêchée d'augmenter ses prix en août

Des amendes à plus de 150 euros. Cette "double peine" permettrait à la SNCF de gagner du temps en évitant d'interminables discussions entre les fraudeurs et les contrôleurs. "Aujourd'hui, il y a discussion avec le contrôleur. On prétend qu'on est monté à la station précédente et qu'on va descendre à la suivante pour avoir une amende minorée", résume sur Europe 1 Alain Le Vern, le Monsieur anti-fraude de la SNCF. "Au final, si vous montez sur un train longue distance, le montant pourra dépasser les 150 euros (...) à condition de payer immédiatement", ajoute-t-il.

sncf, contrôle, train, ter, tgv, 1280

>> LIRE AUSSI - Les trains Intercités en voie de disparition

Plus possible de donner une fausse adresse ? Comme c'est le cas aujourd'hui, le paiement directement au contrôleur évitera une note plus salée au fraudeur. Et pour éviter que ceux-ci, qui connaissent toutes les techniques pour une fraude efficace, ne s'évade dans la nature grâce à une fausse identité ou une mauvaise adresse, la SNCF a également demandé au ministère de l'Intérieur de pouvoir accéder à certains fichiers qui permettent de remonter la trace des fraudeurs. 

>> LIRE AUSSI - Des fraudeurs bien malins

"On n'en a pas fini avec ce sujet-là". Plombée par la fraude, dont le coût annuel estimé dépasse les 300 millions d'euros, la SNCF a érigé la lutte contre ce fléau comme priorité pour la saison 2014-2015. " On n'en a pas fini avec ce sujet-là, ça commence", conclue Guillaume Pépy, le président de la SNCF.

>> LIRE AUSSI - Ces millions perdus à cause de la fraude