Sexiste, le "dico" des enfants supprimé
Sexiste, le "dico" des enfants supprimé

Le Dictionnaire numérique des écoliers avait été lancé en 2010, dans le cadre du plan de prévention de l'illettrisme.

Le père, c'est "le chef de famille". La mère, elle, "repasse". La mise en ligne, il y a deux ans, d'un Dictionnaire numérique, sur le site de l’Éducation Nationale, écrit par des écoliers, a été suspendue lundi . Des définitions jugées sexistes avaient enflammé les réseaux sociaux lundi.

En ligne depuis deux ans

Classe primaire école

© MAXPPP

Le Dictionnaire numérique des écoliers, qui comprend 17.000 définitions écrites et illustrées par des élèves de la grande section au CM2, avait été lancé en septembre 2010 par la Direction générale de l'enseignement scolaire, dans le cadre du plan national de prévention de l'illettrisme. Selon le site d'arrêt sur images, il serait passé inaperçu lors de son lancement. Toute la polémique serait partie d'un mail envoyée à une liste de contacts "composée de chercheurs et chercheuses sur le genre, et relayée sur Twitter ". L'affaire est alors remontée  jusqu'à  Najat Vallaud Belkacem au ministère du Droit des femmes, via sa conseillère, Caroline De Haas, fondatrice d'Osez le féminisme. Lundi soir, le site était inaccessible.

Petit florilège des définitions  polémiques : une "femme" est "une maman, une mamie ou une jeune fille. Elle peut porter des bijoux, des jupes et des robes. Elle a de la poitrine". Le "père" est "le mari de la maman, sans lui la maman ne pourrait pas avoir d'enfants. C'est le chef de famille parce qu'il protège ses enfants et sa femme." Quant au mot "mère", il est défini par la phrase : "Ma mère repasse les affaires de toute la famille".

Une suspension provisoire

Pour le ministère, "certaines définitions (...) ne sont pas admissibles en l'état". "Même si le problème concerne une minorité de définitions", le ministère "a décidé sans attendre de suspendre la mise en ligne" sur le site Internet du Centre national de documentation pédagogique (CNDP).  Le site "restera provisoirement fermé" dans l'attente d'une "révision" du processus de validation par le CNDP, et de "la relecture et réécriture" des définitions incriminées. En outre, le ministère a demandé à l'Inspection générale une "évaluation" de "l'ensemble du dispositif".

Représentations "datées et sexistes"

Une décision saluée par les syndicats. Christian Chevalier, secrétaire général du syndicat enseignant de l'UNSA, a estimé mardi au micro d'Europe 1 que ce dictionnaire "interroge sur les représentations sur l'homme, de la femme, du père, de la mère, de la famille  dans les outils éducatifs". Pour le syndicaliste, ces définitions prouvent que " ces représentations sont extrêmement datées et sexistes".

Du coté du ministère, en revanche, "le travail réalisé en classe par les enseignants adhérents au projet, n'est pour sa part, pas remis en cause, soulignant que "l'élaboration de définitions par les élèves est un outil pédagogique opportun pour l'acquisition du vocabulaire, priorité dès l'école maternelle pour prévenir l'illettrisme".