Sécurité routière : flou sur les GPS

  • A
  • A
Sécurité routière : flou sur les GPS
Partagez sur :

Parmi les mesures annoncées pour renforcer la sécurité routière, l’interdiction des avertisseurs de radars pose question.

L'interdiction des avertisseurs de radars est-elle impossible à mettre en œuvre? Depuis le décret paru mercredi au Journal Officiel, les sanctions à l’encontre des conducteurs non vigilants sont renforcées.Mais celle concernant les GPS pose problème.

Le texte prévoit notamment des punitions plus lourdes pour les conducteurs qui téléphonent, ceux qui roulent en regardant un écran autre que leur GPS et ceux qui n'ont pas d'éthylotest dans leur véhicule.

Autre mesure phare annoncée par le gouvernement pour lutter contre la vitesse au volant : l’interdiction des avertisseurs de radars (présents notamment sur les GPS).  En cas de non respect, il pourra en coûter 1.500 euros, le retrait de six points et la saisie de l'appareil.

Normalement, ces nouvelles sanctions entrent en application dès jeudi. Mais, en réalité, les fabricants doivent d’abord se mettre en conformité avec ces nouvelles dispositions. Ce qui prendra au minimum quelques semaines.

Des appareils certifiés

Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant, qui a annoncé jeudi les chiffres de la sécurité routière 2011 (3.970 personnes ont perdu la vie contre 3.992 en 2010, avec une hausse de de 14,6% du nombre de tués sur la route en décembre par rapport à l’année précédente), a indiqué que les nouveaux appareils seront certifiés. Les GPS commercialisés dans les prochaines semaines seront donc dépourvus d’avertisseurs de radars.

Mais qu’en est-il des anciens ? Leurs propriétaires n’ont aucun moyen de prouver aux forces de l’ordre leur bonne foi, quand bien même ils mettraient à jour leurs GPS ou décrocheraient l’option d’avertisseur de radars.

Les fabricants réfléchissent à la possibilité d’imprimer un certificat de conformité lors de la mise à jour, mais la question est pour l’instant en suspens. Autre faille dans cette mesure : les forces de l’ordre n’ont pas l’autorisation de contrôler les smartphones des conducteurs. Impossible donc de lutter contre les applications qui signalent l’existence de radars…