SeaFrance sous tutelle du tribunal de commerce

  • A
  • A
SeaFrance sous tutelle du tribunal de commerce
@ REUTERS
Partagez sur :

La compagnie de ferries est arrivée "aux limites de sa trésorerie", selon une porte-parole.

La compagnie de ferries SeaFrance va se placer dès vendredi sous la tutelle du tribunal de commerce de Paris, étant "sur le point d'arriver aux limites de sa trésorerie", a annoncé jeudi une porte-parole de la compagnie. "La situation est grave", a-t-elle déclaré. Le président du directoire de SeaFrance Pierre Fa ira déposer le dossier vendredi à 9H30 au tribunal de commerce de commerce de Paris, a-t-elle précisé.

Cette décision, "prise dans le but d'éviter la cessation de paiement et la liquidation", a été annoncée jeudi lors d'un comité d'entreprise extraordinaire. "Elle devrait déboucher sur un nouveau plan de redressement et la nomination d'un administrateur judiciaire très prochainement", a expliqué la porte-parole.

La direction accuse les grévistes

"C'est la grève de Pâques, qui a entraîné une perte de 1,25 million d'euros pour la compagnie, déjà lourdement endettée, qui nous a poussés à prendre cette décision. Ca a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase", affirme la direction.

Les personnels de SeaFrance, qui protestaient notamment contre le manque d'effectifs à bord des navires et une baisse des salaires, avaient maintenu à quai pendant cinq jours tous les ferries de la compagnie, interrompant ainsi le trafic passager durant l'un des week-ends les plus chargés pour les liaisons transmanches.

Plan de redressement

Filiale de la SNCF, la compagnie, qui se trouve confrontée à une chute du marché du fret, assure en temps normal entre 16 et 19 départs quotidiens entre Calais (Pas-de-Calais) et Douvres (Royaume-Uni). Endettée à hauteur de 185 millions d'euros, SeaFrance a perdu 36 millions d'euros en 2009 et déjà 13 millions sur le premier trimestre de 2010.

Après des mois de conflit, la CFDT avait accepté à contrecœur en décembre de signer un plan de redressement pour la compagnie, qui prévoit 482 suppressions de postes sur 1.580.