SeaFrance en liquidation définitive

  • A
  • A
SeaFrance en liquidation définitive
Les salariés de SeaFrance espèrent que la justice leur laissera un délai supplémentaire pour étudier la nouvelle offre de reprise formulée par Eurotunnel.@ REUTERS
Partagez sur :

Le tribunal de commerce a tranché en faveur d'une cessation d'activité de la compagnie de ferries. 

Le tribunal de commerce a décidé de siffler la fin de la partie et a prononcé la liquidation définitive de SeaFrance. "Il n'existe aucune offre de reprise valable, l'activité ne peut être poursuivie, le tribunal met fin à la période de maintien de l'activité de SeaFrance", ont expliqué les juges, qui ont rejeté au passage les demandes de délai supplémentaires.

La liquidation définitive de SeaFrance ne met pas pour autant fin à une possible Société ouvrière et coopérative (Scop), en association avec Eurotunnel. Mais un tel scénario reste improbable, puisqu'il nécessite que tous les ex-salariés y investissent leurs indemnités de licenciement. Or ce projet n'est donc pas jugé "valable" par le tribunal, ce qui ne va pas inciter les ex-salariés à tenter l'aventure.

Ces derniers espéraient un nouveau délai après l’offre de dernière minute formulée lundi par Eurotunnel. Ils voulaient pouvoir étudier cette nouvelle offre, si bien que la CFDT de SeaFrance et l'avocat des salariés voulaient "demander un report de l'audience" du tribunal et un nouveau mandataire pour mener les négociations pendant huit jours.

Les salariés demandaient huit jours supplémentaires

L’annonce d’Eurotunnel "permet de mettre en place un plan C qui va mettre en échec le plan M, c'est-à-dire celui de Monsieur Mariani qui souhaite faire revenir ses amis de Louis Dreyfus pour racheter les navires à vil prix", avait réagi Me Philippe Brun, l'avocat des salariés de la compagnie. "Nous souhaitons que le tribunal nomme un mandataire pour huit jours pour examiner ce nouveau projet et mettre tout le monde autour d'une table", avait-il ajouté.

"C'est un bon projet qu'Eurotunnel s'allie avec SeaFrance. Il y a une complémentarité entre le rail et le ferry" en Manche, avait renchéri David Baré, trésorier de la CFDT, avant d’ajouter : "maintenant, il faut qu'on discute avec eux des modalités et de ce qu'ils peuvent faire".

Mobilisation devant le tribunal

Pour maintenir la pression sur les pouvoirs publics, plusieurs dizaines de salariés de SeaFrance s'étaient rassemblés lundi matin devant le tribunal de commerce de Paris. "Si Jeanne d'Arc a sauvé la France, pourquoi Sarkozy n'a-t-il pas sauvé SeaFrance ?", demandait une pancarte brandie par des salariés, parfois accompagnés de leurs enfants.

Nathalie Dalcroix, membre CFDT du comité d'entreprise, se montrait tout aussi inquiète : "cela fait peur, on redoute une liquidation totale alors qu'on voudrait une cession pour pouvoir continuer à naviguer sous pavillon français". D'autres, plus ironiques, avaient décidé d'entonner "Ne m'appelez plus jamais SeaFrance", parodiant la célèbre chanson de Michel Sardou, comme l'a rapporté sur Twitter notre envoyé spécial Walid Berrissoul.