SDF, il se prenait pour un contrôleur SNCF

  • A
  • A
SDF, il se prenait pour un contrôleur SNCF
Un SDF de 25 ans a été arrêté en Gironde avec l'uniforme et tout le matériel des contrôleurs SNCF.@ MAXPPP
Partagez sur :

Un SDF de 25 ans a été arrêté en Gironde avec l'uniforme et tout le matériel nécessaire aux contrôles.

L'info. Polo et anorak aux couleurs de la SNCF sur le dos, badge à son nom accroché à la poitrine, il avait tout l'air d'un vrai contrôleur SNCF. Mais le jeune homme de 25 ans arrêté lundi en gare Saint-Jean de Bordeaux était en fait un sans-domicile fixe, rapporte Sud Ouest. Poursuivi pour usurpation de fausse qualité et recel de vol, il a été incarcéré en attendant son procès.

Démasqué pour un détail. Le jeune homme a été démasqué après avoir été contrôlé par une patrouille de la Suge (la surveillance générale) de la SNCF alors qu'il s'apprêtait à entrer dans une salle de repos. Il a d'abord donné le nom d'un vrai contrôleur mais s'est trompé en déclinant le numéro de matricule : il a inversé des chiffres.

La panoplie complète. Le jeune homme avait réussi à se procurer un uniforme complet de contrôleur mais aussi les clés sécurisées qui permettent d'accéder aux trains et aux locaux réservés aux employés de la SNCF. Il pouvait ainsi voyager gratuitement mais aussi se doucher et manger sans payer.

Il était aussi parvenu à s'octroyer un casier dans un local de la gare Saint-Jean. Là, les policiers ont découvert un terminal de paiement et une imprimante à billets - utilisés par les contrôleurs pour dresser les PV - qui avaient été volés mi-mai à Bordeaux.

Contrôleur, pompier, gendarme. Les premiers éléments de l'enquête ont permis de découvrir que le jeune homme n'en était pas à son coup d'essai. Il s'était déjà fait passer pour un contrôleur, mais aussi pour un pompier et pour un gendarme - en achetant des uniformes sur internet. Il avait aussi tenté d'être embauché, pour de vrai, par la SNCF. Mais une condamnation, inscrite à son casier judiciaire, l'en avait empêché.

Une amende de la SNCF. Convoqué pour être jugé comparution immédiate, le jeune homme, qui était sorti de prison en mars, a demandé un délai pour préparer sa défense. Il a été incarcéré en attendant son procès en septembre prochain. La SNCF, elle, n'a pas attendu pour lui infliger une amende de 500€ pour avoir pris le train sans billet.