"Saucisson et pinard" : ils manifestent

  • A
  • A
"Saucisson et pinard" : ils manifestent
@ MAXPPP
Partagez sur :

Huit cent personnes se sont rassemblées à Paris pour dénoncer "l'islamisation de la France".

Plusieurs centaines personnes, 800 selon la police, ont manifesté vendredi soir Place de Etoile à Paris pour protester contre l'interdiction d'un apéro géant "saucisson et pinard" et dénoncer "l'islamisation de la France".

Les manifestants répondaient à l'appel d'une vingtaine d'organisations laïques et d'extrême droite, dont "Riposte Laïque" et "Le bloc identitaire".

Saucissons à la main

Ils s'étaient repliés en haut des Champs-Elysées (VIIIe), en pleine zone touristique cossue, après l'interdiction par la Préfecture de l'apéro qu'ils comptaient donner initialement dans le quartier multiethnique de la Goutte d'Or (XVIIIe), connu pour abriter une des mosquées les plus fréquentées de Paris.

Saucissons à la main, ils ont dénoncé "l'arrogance des musulmans" qui "occupent les rues pour prier à la Goutte d'Or" et "la démission de la République" qui les laisse faire. Derrière une large banderole proclamant "18 juin Résistance", les manifestants portant bérets, casque gaulois ou drapeaux tricolores, ont chanté la Marseillaise et le chant des partisans en exigeant à l'aide d'une sono que "l'islam à se soumettre aux lois de la République".

"Réveil des consciences"

Dans le rassemblement, des membres d'organisations laïques ou féministes côtoyaient des militants d'extrême droite ou des supporters du PSG, membres du Kop de Boulogne, qui brandissaient des fumigènes.

Pierre Cassen de "Riposte Laïque" a appelé au "réveil des consciences" contre "un fascisme politico-religieux", estimant que les musulmans cherchaient à contraindre la République de s'adapter aux lois de la charia, en matière de prière, de voile ou de commerce de viande halal.

"Les gens qui manifestent ici ne le font pas pour les mêmes raisons", a regretté une militante féministe disant craindre un amalgame entre un juste combat pour les droits des femmes ou la laïcité et les thèses de l'extrême droite.