Sarkozy : "Vous n'êtes pas morts pour rien"

  • A
  • A
Sarkozy : "Vous n'êtes pas morts pour rien"
@ REUTERS
Partagez sur :

Nicolas Sarkozy a rendu hommage mardi aux sept soldats français tués en Afghanistan.

Un hommage national a été rendu aux soldats morts en Afghanistan mardi aux Invalides. Une cérémonie inédite par son ampleur depuis 2008. La semaine dernière, sept soldats français ont été tués dans le pays : un lundi, victime "d'un tir accidentel" d'un militaire français, cinq mercredi dans un attentat-suicide et le septième jeudi, lors d'un accrochage avec des insurgés talibans.

La cérémonie d'hommage national, qui a commencé à 11h, sous une pluie battante, a été retransmise mardi en direct sur les chaînes d'information, mais aussi sur TF1 et France 2, qui avaient modifié leurs programmes pour l'occasion. Après la cérémonie religieuse, Nicolas Sarkozy a débuté la cérémonie militaire en passant en revue les troupes militaires, la Marseillaise en fond, drapeaux en berne. Il s'est ensuite recueilli de longues minutes devant les dépouilles des soldats français, qui avaient été transportées dans la cour des Invalides.

"Vous n'êtes pas morts pour rien"

Le président de la République a ensuite prononcé un éloge funèbre d'une dizaine de minutes : "vous n'êtes pas morts pour rien", a-t-il assuré. "Vous avez accompli votre devoir selon la haute idée que vous vous en faisiez, vous avez fait vôtres les vertus militaires", a-t-il poursuivi.

"Vous vous êtes sacrifiés pour une grande cause" :





"Vous êtes tombés dans une guerre où des assassins fanatiques et sans honneur cherchent à asservir par la terreur des hommes, des femmes et des enfants désarmés que vous aviez mission de protéger contre cette violence aveugle et meurtrière", a assuré le chef de l'Etat.

Et Nicolas Sarkozy a élargi son éloge à l'armée française en général, "expression la plus achevée de la continuité de la nationalité française dans l'histoire". Avant d'égrener les noms et les biographies -élogieuses- des sept soldats français.

Puis le chef de l'Etat a décoré les victimes, à titre posthume. Il leur a remis à chacun la légion d'honneur.

Nicolas Sarkozy remet la légion d'honneur aux sept soldats tués en Afghanistan, mardi dans la cour des Invalides, à Paris.

© Capture d'écran BFM TV

Une minute de silence a clos la cérémonie, mardi à la mi-journée.

Une cérémonie religieuse

L'hommage national a été précédé d'une cérémonie religieuse, présidée par Nicolas Sarkozy en l'église Saint-Louis des Invalides, en présence des familles, de membres du gouvernement, de parlementaires, d'élus, d'associations patriotiques, d'anciens combattants et de leurs compagnons d'armes. Lors de la célébration, les participants ont prié "pour nos camarades dont la vie a été arrachée à notre terre". La cérémonie a été célébrée par l'évêque aux Armées Mgr Luc Ravel, qui a béni les corps des sept soldats.

La cérémonie religieuse en l'honneur des sept soldats français tués en Afghanistan, mardi à l'église des Invalides.

© MAXPPP

Les corps des soldats tués en Afghanistan étaient arrivés dans la cour des Invalides, mardi vers 10h30. Les cercueils des sept soldats recouverts du drapeau tricolore avaient d'abord été alignés sous le dôme de l'église, portés par des camarades d'unité. Quelques dizaines de personnes, pompiers ou badauds brandissant des drapeaux, rassemblés sur le pont Alexandre III, les avaient salués à leur passage.

La polémique entre parenthèses

Tous les partis politiques étaient représentés. Plusieurs ténors socialistes comme Harlem Désir ou Bertrand Delanoë avaient demandé mardi une mise entre parenthèses de la controverse sur la présence française en Afghanistan, au nom de la nécessaire "unité" du pays au côté des familles des victimes.

Sarkozy et les familles en huis clos à l'Elysée

Avant les cérémonies religieuse et militaire, Nicolas Sarkozy s'était entretenu pendant près d'une heure avec les familles des militaires décédés, à huis clos, dans l'intimité du jardin d'hiver de l'Elysée. Etaient présents également le ministre de la Défense Gérard Longuet ainsi que le chef d'état-major des armées.

Près de 4.000 soldats Français sont en Afghanistan, sous le commandement de l'Otan. Depuis fin 2001, 70 d'entre eux ont trouvé la mort.

L'hommage a été rendu au brigadier-chef Clément Kovac du 1er régiment de chasseurs de Verdun, décédé accidentellement, au capitaine Thomas Gauvin et à l'adjudant-chef Laurent Marsol, du 1er régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers, aux adjudants-chefs Jean-Marc Gueniat et Emmanuel Techer du 17ème régiment de parachutiste de Montauban, au sergent Sébastien Vermeille du Sirpa Terre Image centre de Lyon, morts lors d'un attentat en Kapisa ainsi qu'au maître Benjamin Bourdet du commando Jaubert, tué au cours d'une opération dans la vallée d'Alassaï.