Campagne 2007 Sarkozy : le parquet dément toute nouvelle enquête

  • A
  • A
Campagne 2007 Sarkozy : le parquet dément toute nouvelle enquête
@ REUTERS
Partagez sur :

DÉMENTI - Le Parisien révélait mardi matin qu'une nouvelle enquête préliminaire visait des soupçons de financement illégal de la campagne 2007 de l'ex-président.

INFO. Il n'y a pas de nouvelle enquête Sarkozy. Le parquet de Paris a démenti mardi les informations du Parisien faisant état "d'une nouvelle enquête préliminaire visant Nicolas Sarkozy" sur des soupçons de financement illégal de la campagne 2007 ouverte en juillet dernier.

"Contrairement à ce qu'annonce le quotidien (..), le parquet de Paris n'a ouvert aucune enquête préliminaire ni information judiciaire concernant la campagne présidentielle 2007 de Monsieur Nicolas Sarkozy", indique le parquet dans un communiqué publié peu avant 11 heures mardi matin.

>> A LIRE AUSSI - Sarkozy au Congo pour une conférence

"Un système de fausse facture présumé". Selon le quotidien, les investigations visaient "un système de fausses factures présumé qui, comme dans l'affaire Bygmalion, aurait permis d'imputer frauduleusement des dépenses de campagne du candidat sur les comptes de son parti". Comme dans l'affaire Bygmalion, "une société impliquée dans la campagne 2007 aurait facturé diverses prestations à l'UMP, alors qu'elles avaient été assurées pour le compte du candidat Sarkozy" poursuivait Le Parisien.

Deux enquêtes au parquet de Paris. Afin de ne pas brouiller d'avantage les pistes, le parquet tient à rappeler qu'il travaille sur deux dossiers distincts en liens avec les finances de l'UMP.

Le premier est une information judiciaire ouverte en juin dernier "contre personne non dénommée" dans l'affaire Bygmalion. Ce dossier porte sur un éventuel financement illicite par l'UMP de la campagne présidentielle de 2012.

Le second est une enquête préliminaire ouverte le 2 juillet derner et confiée à l'Office centrale de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Ce dossier porte quant à lui sur le règlement par l'UMP des pénalités infligées à Nicolas Sarkozy après l’invalidation des comptes de sa campagne.

Nicolas Sarkozy reste mis en examen pour "trafic d'influence, corruption active et recel de violation du secret de l'instruction" dans l'affaire des "écoutes téléphoniques".