Sarkozy dénonce "l’instrumentalisation politique d’une partie de la justice"

  • A
  • A
Partagez sur :

EXCLUSIF - Nicolas Sarkozy était l’invité exceptionnel d’Europe 1 mercredi soir.

L’ancien chef de l’Etat a accordé sa première interview depuis qu’il a quitté l’Elysée il y a deux ans. Interrogé par Gilles Bouleau, de TF1, et Jean-Pierre Elkabbach, pour Europe 1, Nicolas Sarkozy est longuement revenu sur sa mise en examen pour corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel dans l'affaire des écoutes téléphoniques. 

Un silence que l’ancien président a décidé rompre car il estime, "que la situation était suffisamment grave pour que je dise aux Français ce qu’il en était de l’instrumentalisation politique d’une partie de la justice aujourd’hui", a-t-il estimé dès le début de l’entretien.

"Je ne suis pas un homme qui fuit ses responsabilités. Mais enfin, j’en appelle à la conscience de chacun de chacun de nos compatriotes : est-il normal que je sois écouté dans mes conversations les plus intimes depuis le mois de septembre de l’année dernière ?", a-t-il demandé. "Je suis profondément choqué de ce qui s’est passé. Je ne demande aucun privilège. Mais si j’ai commis des fautes, j’en assumerai toutes les conséquences", a-t-il prévenu.

L'intégralité de l'interview :



EXCLUSIF - Interview de Nicolas Sarkozy sur...par Europe1fr
sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

L'INFO - Nicolas Sarkozy mis en examen

AUX ORIGINES - Tout a commencé avec...

Nicolas Sarkozy, un justiciable comme un autre ?

ZOOM - Quels dossiers menacent Nicolas Sarkozy ?

INSIDE - La garde à vue de Nicolas Sarkozy comme si vous y étiez

DEFENSE - Me Pierre Haik, le plan B de Sarkozy

L'INFO POLITIQUE - Y a t-il quelqu'un pour défendre Sarkozy à l'UMP ?

SOUTIENS - Pour ses amis, Sarkozy n'est pas fini

INTERVIEW - La garde à vue de Sarkozy "est totalement injustifiée"