Rossignol appelle au "dialogue" avec la Manif pour tous

  • A
  • A
Rossignol appelle au "dialogue" avec la Manif pour tous
"Les enfants n'appartiennent pas à leurs parents", estime la ministre Laurence Rossignol.@ Maxppp
Partagez sur :

Le mouvement anti-mariage gay estime que "le changement de ton est évident" de la part du gouvernement.

Le mouvement La Manif pour tous a demandé dimanche à être reçu par la nouvelle secrétaire d'Etat à la Famille Laurence Rossignol qui, le même jour, a souhaité "l'apaisement" et "le dialogue" pour légiférer sur la famille.

"La nouvelle secrétaire d'Etat appelle à l'apaisement, à l'instar du Premier ministre" Manuel Valls et "le changement de ton est évident", a affirmé dans un communiqué Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif Pour tous.  "Nous répondons clairement 'Chiche'!", ajoute-t-elle, demandant à Laurence Rossignol de "recevoir" le mouvement. Elle l'appelle à expliciter "clairement ses projets" sur "la famille, la filiation, la parenté, les droits et besoins de l'enfant, l'éducation".

"J'assume d'être une féministe à la Famille"

Dans une interview au Journal du Dimanche Laurence Rossignol a affirmé qu'elle ne voulait entretenir "aucune polémique avec la frange la plus radicale des opposants au mariage pour tous". Selon elle, "les manifestations ont été importantes, beaucoup dans ce camp aussi veulent dialoguer. Il y a eu le mariage pour tous et nous en sommes très fiers, mais la famille ne vit pas que dans le code civil. Sa dimension sociale est aussi forte".  "Une société ne peut vivre durablement dans le conflit sur ce qui est justement commun à tous. Et je souhaite l'apaisement", a souligné la ministre.

La ministre a réitéré que "les enfants n'appartiennent pas à leurs parents", une phrase qui avait suscité des polémiques. "Elle devrait pourtant faire consensus", a-t-elle dit. "J'assume d'être une féministe à la Famille", a ajouté Laurence Rossignol qui a cité parmi ses priorités "les familles monoparentales, les mères seules". "Je veux aussi être secrétaire d'Etat à la parentalité".