Rolf, une tempête quasi-tropicale

  • A
  • A
Rolf, une tempête quasi-tropicale
Nommée Ralf par les météorologues allemands, la tempête qui frappe le Var est considérée comme une tempête "quasi-tropicale".@ MAXPPP
Partagez sur :

La dépression qui s'est abattue sur la Méditerranée a des similitudes avec les phénomènes tropicaux.

Plus qu’une tempête, le mauvais temps qui sévit dans le sud-est du pays est issu d’un phénomène rare en Méditerranée appelé "Tropical-like Mediterranean Storm" (TMS). Ces TMS peuvent se transformer en un phénomène plus violent : les "medicanes", contraction d’hurricane (ouragan) et de mediterranean. Ce terme a été inventé en 1989 pour définir les tempêtes méditerranéennes qui présentent l’enroulement de nuages autour d’un "cœur chaud" semblable aux cyclones tropicaux.

Des vagues de 6 mètres

C’est donc bien une tempête de type tropical, TMS, qui s’est abattue sur le littoral des Alpes-Maritimes et du Var provoquant d'importants dégâts.

Rolf, comme l’a nommée le service allemand de météorologie s’est d’abord formée au large des Baléares. Rolf s’est ensuite déplacée vers le nord pour atteindre les côtes varoises provoquant des vagues de 6 mètres et des vents atteignant parfois plus de 130km/h.  

Des rafales de vent de secteur est / nord-est supérieures à 120km/h ont été enregistrées mardi sur l'Île du Levant (128km/h) et le Cap Camarat (rafale de 133km/h avec un vent moyen de 104km/h).  

Mais cette tempête aujourd’hui "quasi-tropicale" pourrait se transformer en "medicane".

La formation des TMS

Contrairement aux cyclones tropicaux, les TMS se forment indifféremment au dessus d’eaux aux températures variant de 15° à 27°. Le mécanisme qui intervient dans sa phase d'initiation est la présence d'un minimum dépressionnaire dans la moyenne et haute troposphère, appelé "goutte froide", détaille le site Météoconsult.  

Plus les contrastes de chaleur entre la "goutte froide", en altitude, et la chaleur issue de la mer s’intensifient, plus le vent souffle et plus les conditions se dégradent. Le phénomène de dépression se développe alors, mais à ce stade on ne parle pas encore de "medicane" mais de dépression "quasi-tropicale" (TMS).

"Medicane" ou l’œil du cyclone

Pour atteindre le stade de medicane, il faut du temps à la tempête quasi-tropicale. Après plusieurs heures, la valse des nuages qui s’enroulent autour du cœur de la dépression finit par créer un vide au centre de cette dernière : l’œil du cyclone. Le "medicane" est né. 

Beaucoup moins puissant que les cyclones tropicaux, les "medicanes" provoquent tout de même de graves dégâts. En effet, la population est dense autour de la zone de formation de ces tempêtes méditerranéenne.