Richard Berry : le don d’organe, "ça fait grandir"

  • A
  • A
Partagez sur :

TÉMOIGNAGE E1 - Le comédien et réalisateur a donné un rein à sa sœur. Une expérience dont il témoigne, pour convaincre d’autres.

L'histoire de sa vie. Richard Berry est en "parfaite santé". Sa sœur, Marie, "va de mieux en mieux". Elle vit grâce à un don de rein qu’a accepté de faire pour elle le comédien et réalisateur. Aujourd’hui, Richard Berry témoigne pour convaincre d’autres Français de réfléchir au don d’organes. Dans son cas, "c'était impossible de refuser".

Des difficultés qu’il ne cache pas. Richard Berry le dit sans détour : plus la date prévue pour le don d’organe approchait, plus ça devenait "difficile voire très angoissant pour ne rien vous cacher..." Au point d’en avoir un temps voulu à sa sœur. Mais l’étape la plus difficile a été celle devant le "comité donneur vivant", composé notamment de médecins et de psychologue. Au final, un juge lui a posé la question "savez-vous que vous pouvez mourir ?"  "Il est obligé de poser la question. Vous dites oui...", confie Richard Berry.

Son appel aux donneurs. Richard Berry en a profité pour lancer un appel aux dons d’organe. A ceux qui ont peur, "je dis que je les comprends ! Je comprends leur peur, je la respecte énormément. Mais je dis aussi qu'elle peut tellement sauver la vie de quelqu'un d'autre : ça mérite d'y réfléchir sérieusement ! Surtout, on se sent tellement grandi... Pour soi-même ! Pas du tout aux yeux des autres : je me fous de ce que les autres pensent de moi à ce propos. Mais pour moi, j'ai fait quelque chose, j'ai servi à quelque chose dans ma vie, indépendamment du fait d'avoir des enfants et que je fais toujours un métier que j'adore. Je pense que c'est quelque chose qui, dans mon secret, dans mon intimité personnelle, m'a grandi : ça vaut le parcours."

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460
 

RECHERCHE - L'Académie de médecine appelle au don de cerveaux

VIDÉO - "Une question de souvenir, de reconnaissance, envers mon donneur"

L'HISTOIRE - Sauvé grâce au plus petit cœur artificiel