Retraites : le flou et l’attente

  • A
  • A
Retraites : le flou et l’attente
@ REUTERS
Partagez sur :

A 5 jours de l’annonce de la réforme, les arbitrages ne sont pas encore faits au sein de la majorité.

Que prépare le gouvernement ? Le projet de réforme des retraites doit être présenté la semaine prochaine, alors que rien n’est encore arrêté officiellement. Eric Woerth a en effet annoncé jeudi que les arbitrages sur la réforme n'étaient pas encore faits, même l'arbitrage concernant une éventuelle hausse de cotisation retraites des fonctionnaires.

Les femmes face à la réforme

Mais l’inquiétude monte. La Délégation aux droits des femmes, qui "craint" un "creusement des inégalités" hommes/femmes en matière de retraite, a adressé au ministre du Travail, Eric Woerth, ses propositions dans le cadre de la future réforme.

Soulignant, dans un document remis à la presse, que l'"on ne peut réussir la réforme des retraites sans corriger les inégalités qui pénalisent les femmes", la présidente de la Délégation, Marie-Jo Zimmermann (UMP), demande au gouvernement de prendre "clairement l'engagement de traiter" de la question de la retraite des femmes.

Le peu de poids des syndicats ?

Et elles ne sont pas les seules à être inquiètes. Malgré l’opposition de certains syndicats, comme la CGT, à l’allongement de la durée de cotisation, les Français ont peu d’espoir quant à la capacité de ces derniers à influer sur le plan du gouvernement. Selon un sondage BVA réalisé jeudi, plus d'un Français sur deux (58%) estime que l'action des syndicats n'aura pas d'impact sur la réforme des retraites en préparation.

La CFDT, qui reste ferme sur le maintien du départ à la retraite à 60 ans, s'est prononcée jeudi lors de son congrès à Tours (Indre-et-Loire) pour un allongement de la durée de cotisation, mais sous conditions.

L’UMP tâtonne

Du côté de la majorité, les langues se délient. Des sources parlementaires et à l'UMP ont récemment évoqué une fourchette entre 62 ou 63 ans, sans toutefois fixer d'horizon. Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, a plaidé à titre "tout à fait personnel" jeudi soir sur France 2, pour un recul de l'âge légal de départ à la retraite à 63 ans en 2020. "Je vous donne là un avis tout à fait personnel" qui "n'engage en rien le gouvernement dont je ne suis pas membre", a-t-il insisté.

Le gouvernement s’est engagé à "respecter la journée d'action de Force ouvrière le 15 juin, a déclaré jeudi le ministre du Travail Eric Woerth sur Europe 1. L’annonce pourrait donc probablement se faire le 16.