Retraitée expulsée : des "négligences"

  • A
  • A
Retraitée expulsée : des "négligences"
@ GOOGLE MAP
Partagez sur :

L'Agence régionale de santé, dans un pré-rapport, critique directement la maison de retraite.

La charge de l'Agence régionale de santé. Dans un pré-rapport rendu à la ministre en charge des personnes âgées, l’Agence régionale de santé Ile-de-France se montre particulièrement critique vis-à-vis de la maison de retraite de Chaville qui avait expulsé début janvier l'une de ses résidentes, une nonagénaire dont la famille avait accumulé les impayés. "Il apparaît que l’établissement a fait preuve de 'négligence grave' vis-à-vis de sa résidente : au moment de son entrée en commettant l’erreur de ne pas lui faire signer son contrat de séjour, et au moment de sa sortie en ne respectant pas les procédures prévues par la loi", peut-on lire dans le communiqué envoyé par les services de Michèle Delaunay.

>> La décision : la maison de retraite en question, Villa Beausoleil, est placée sous mesures de contrôle renforcé.

"Négligence contre négligence". Prudence cependant, la famille de la vieille dame n'échappe pas elle aussi aux critiques de l’Agence régionale de santé. Aux "négligences" de la maison de retraite, répondent des "'négligences récurrentes' de la famille dans le respect du contrat de séjour, par le défaut régulier de paiement des frais d’hébergement (39.700 euros)", écrit le ministère.

L'histoire. La nonagénaire résidait depuis deux ans à la Villa Beausoleil de Chaville, près de Paris. Il y a une semaine, elle avait été conduite par des ambulanciers à Brou, dans l'Eure-et-Loir, où vit l'un de ses fils qui s'occupe administrativement de son dossier. Trouvant porte close, l'établissement avait décidé de la confier aux urgences d'un hôpital proche, à Châteaudun. Après la polémique, la vieille dame avait ensuite trouvé refuge dans un autre hôpital, en région parisienne, où travaille l'un de ses enfants. On apprend vendredi qu'elle est désormais installée "dans un nouvel établissement francilien".

>> A LIRE AUSSI - Le fils de la nonagénaire pointé du doigt

La Villa Beausoleil se défend. Le directeur de la maison de retraite qui avait mis à la porte une retraitée nonagénaire pour des factures impayées par sa famille a été suspendu par le groupe propriétaire de l'établissement. Ce dernier a envoyé un communiqué vendredi matin, précision que cette sanction sera valable jusqu'à la fin d'une enquête interne. "La direction du groupe qui gère la maison de retraite Villa Beausoleil à Chaville indique que le directeur de l'établissement a été suspendu de ses fonctions, le temps de terminer l'enquête interne et d'établir les responsabilités suite au retour de la résidente de 94 ans au domicile d'un de ses fils à Châteaudun en fin de semaine dernière", indique le communiqué dont Europe 1 a obtenu une copie.

11.01 villa beausoleil maison de retraite chaville communiqué directeur 460200

© DR

 

Dès le début de l'affaire, le directeur de l'établissement avait reconnu avoir pris une décision "maladroite" et avait proposé de réintégrer la pensionnaire. Puis, alors que l'un des fils de la nonagénaire parlait de "malhonnêteté" et "d’ignominie", le groupe Villa Beausoleil était à son tour monté au créneau : "il faudrait poser les vraies questions dans ce débat : pourquoi une famille ne s'occupe-t-elle jamais de sa mère ? Pourquoi des enfants qui ont des moyens, l'un est gynécologue et l'autre conseiller de gestion en patrimoine, ne se sont jamais présentés auprès de nous pour nous payer ?", s'était agacé le co-directeur du groupe de maisons de retraite au micro d'Europe 1.

>> INTERVIEW - "Ce n'est pas une expulsion mais un retour à domicile"