Retour agité de Bruno Gollnisch à Lyon

  • A
  • A
Retour agité de Bruno Gollnisch à Lyon
Des dizaines d'étudiants ont manifesté contre le retour de Bruno Gollnisch à son poste de professeur d'université.@ MAXPPP
Partagez sur :

Des étudiants ont manifesté contre le retour de l'élu FN à son poste de professeur d'université.

"Pas de fachos dans nos facs", "La jeunesse emmerde le FN". Bruno Gollnisch a été plutôt fraîchement accueilli mercredi lors de son retour à l'université Lyon-III, après cinq ans de suspension. Quelques échauffourées ont même opposé des militants d'extrême-gauche à des militants d'extrême-droite.

Premier cours depuis 2005

Professeur en langue et civilisation japonaise, Bruno Gollnisch donnait mercredi son premier cour magistral à la faculté depuis 2005. Il avait déjà retrouvé le chemin de l'université Lyon-III lundi pour une séance de TD. Le député frontiste n'avait pas pu donner de cours depuis sa suspension en 2005 pour ses propos controversés sur les chambres à gaz nazies. Condamné en première instance, puis en appel, pour "contestation de crimes contre l'humanité", l'ancien numéro 2 du FN avait finalement été blanchi par la Cour de cassation en 2009.

Des manifestants s'étaient donné rendez-vous pour ce retour. Ils se sont massés dans une petite rue donnant accès à la faculté, derrière une banderole sur laquelle on pouvait lire "La jeunesse contre le Front national". Des drapeaux de SOS racisme, de l'Unef, du PCF ou du Front de Gauche flottaient aussi au vent.

Extrême-droite et extrême-gauche face à face

Quelques militants d'extrême-droite ont répondu en lançant "Pas de gauchos dans nos facs" ou "La France aux Français". Mais ils se sont fait prendre à revers par un groupe d'extrême-gauche. Les forces de l'ordre sont intervenues pour séparer les deux groupes.

Un conseiller municipal d'extrême droite de Vénissieux venu soutenir Bruno Gollnisch - en scandant notamment "La France bleu blanc rouge" et "la France aux Français" - s'est indigné de l'accueil réservé à son "ami". "C'est extraordinaire qu'il ne puisse pas assurer ses cours à cause d'un terrorisme de gauche et d'extrême-gauche", a-t-il déclaré.