Relaxé après avoir brûlé le Coran

  • A
  • A
Relaxé après avoir brûlé le Coran
Le prévenu avait brûlé et uriné sur le Coran dans une "émission" diffusée par webcam@ MaxPPP
Partagez sur :

Le tribunal a estimé que la vidéo "n'excéd(ait) pas les limites de la liberté d'expression".

Il avait brûlé un exemplaire du Coran et uriné sur le livre. Le tribunal correctionnel de Strasbourg a relaxé lundi un homme de 30 ans, poursuivi pour provocation à la discrimination.

Ernesto Rojas Abbate, habitant Bischheim dans le Bas-Rhin, s'était "amusé" dans une "émission" diffusée par webcam sur le site blog-video.tv le 2 octobre 2010 à faire un avion avec des pages du Coran, à le projeter sur des verres représentant les tours du World Trade Center, à y mettre le feu, puis à brûler le livre et à uriner dessus "pour éteindre les flammes".

Le tribunal correctionnel a estimé que la vidéo incriminée "n'excéd(ait) pas les limites de la liberté d'expression", et que le prévenu avait stigmatisé des "actes terroristes auxquels la communauté musulmane ne peut être assimilée".

"La connerie en elle-même n'est pas punissable"

L'avocat du prévenu Renaud Bettcher s'est félicité de la décision. "C'est une victoire du droit et donc forcément de la démocratie", a souligné Me Bettcher sur Europe 1. "Mais ça veut dire aussi que même si on n'a pas le talent de Cabu ou de Charb, on a le droit de mettre en scène des caricatures sur la religion. La connerie en elle-même n'est pas punissable".

La ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme dénonce un jugement "lamentable". Un sentiment partagé par plusieurs militants associatifs. "Quand les musulmans vont apprendre qu'il y a une relaxe et qu'on n'a rien fait, ils vont encore en prendre un coup. Il aurait pu monter les communautés les unes contre les autres", a remarqué Mohammed Guerroumi sur Europe 1. "Je trouve anormal qu'il puisse sortir relaxé. Je suis dégoûté", conclut-il.

Le parquet de Strasbourg, qui avait requis 3 mois de prison avec sursis et 1.000 euros d'amende, n'a pas encore indiqué s'il allait faire appel.