Rapt d'une jeune homosexuelle : six membres de sa famille mis en examen

  • A
  • A
Rapt d'une jeune homosexuelle : six membres de sa famille mis en examen
@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUÊTE - Six membres d'une famille ont enlevé une jeune fille, dans la nuit de dimanche à lundi, dans les Hautes-Pyrénées. Le père et le frère ont été écroués.

Ils ne supportaient pas son homosexualité. Des membres d'une famille franco-turque ont enlevé leur fille, âgée d'une vingtaine d'années, dans la nuit de dimanche à lundi, dans les Hautes-Pyrénées. Ils ont été arrêtés par la police dans la région de Toulouse, en Haute-Garonne, selon La Dépêche du Midi. Les six membres de cette même famille ont été mis en examen cette semaine pour enlèvement et séquestration.

Elle fuit son mariage arrangé. Sa famille musulmane n'acceptait pas son homosexualité et souhaitait organiser un mariage arrangé. Elle a donc fui le 24 avril pour s'installer avec son amie à Vieuzos, près de Tarbes. C'est là que sa famille a réussi à la localiser.

Sa famille, armée, la retrouve à Tarbes. Les six proches ont alors entrepris de parcourir plus de mille kilomètres à travers la France à bord de deux voitures, son frère emportant un pistolet. Arrivés à destination dimanche, ils ont fait monter la jeune femme sous la contrainte et sans ménagement dans l'un des véhicules. La jeune femme dit avoir été frappée en route par son frère et rudoyée, ce qu'atteste un certificat médical.

Son amie alerte les secours. A Vieuzos, son amie en émoi a alerté les gendarmes. Ils ont émis un avis de recherche pour les Hautes-Pyrénées et les départements voisins. La voiture transportant la jeune femme a été interceptée la nuit-même par les policiers près de Roques sur la route de Toulouse.

Le père et le frère écroués. Choquée, la victime a été transportée dans un hôpital pour y recevoir des soins. Et les six membres de la famille franco-turque ont été mis en examen cette semaine pour enlèvement et séquestration. Le père et un frère de cette femme de 22 ans ont été écroués. La mère et un beau-frère, également placés sous mandat de dépôt dans un premier temps, ont été rapidement remis en liberté sous contrôle judiciaire, ainsi que deux oncles, interpellés ultérieurement.