Ramadan : le top départ mercredi

  • A
  • A
Ramadan : le top départ mercredi
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le CFCM s'est rangé au calendrier choisi par la Mosquée de Paris et de nombreux fidèles.

Mardi ou mercredi ? Les musulmans qui observent le ramadan ne savaient plus quand commencer à jeûner. Après avoir fixé à l'avance, et pour la première fois, la date du début au mardi 9 juillet, le Conseil français du culte musulman (CFCM) vient finalement de se ranger aux côtés de la Mosquée de Paris et de nombreux musulmans de France : le ramadan commencera bien mercredi.

Pourquoi une telle confusion ? Deux méthodes peuvent être utilisées pour connaître le jour où commence le mois du ramadan : en regardant directement le ciel et en y observant le premier croissant de lune, comme la plupart des pays musulmans le font, ou bien via un calcul qui permet de prévoir à l'avance les mouvements de la Lune, comme c'est le cas en Turquie et en Libye. Pour la première fois cette année, le CFCM a annoncé abandonner la méthode traditionnelle d'observation de la lune pour s'appuyer sur les calculs astronomiques. Une "décision historique", avait fièrement annoncé le CFCM, destinée à permettre aux musulmans de France de "s'organiser".

 "En France, la visibilité [de la Lune] n'est pas très bonne", avait alors fait valoir le président de l'institution Mohammed Moussaoui. "On était à l'affût des décisions adoptées dans les autres pays". Le temps de se concerter, la date n'était annoncée que la veille du jeûne. A l'inverse, avec un calendrier établi à l'avance, "les salariés auront la possibilité d'anticiper ces moments avec leurs employeurs. Il y aura moins de tension. Cela permettra aux abattoirs et à ceux qui souhaitent louer des salles de prière de mieux se préparer."

"Je ne sais pas quoi faire". L'inverse s'est en fait produit. Malgré la date fixée à l'avance par le CFCM, de nombreux croyants ont choisi de perpétuer la tradition et de se fier à l'observation de la Lune. Dans la confusion qui régnait depuis lundi soir, la Mosquée de Paris a finalement tranché mardi midi. Ce sera mercredi, a-t-elle estimé, rejoignant longue liste des autres mosquées "dissidentes". "La vision de la nouvelle lune s'étant avérée impossible à établir ni en France ni dans les pays musulmans", a expliqué la commission théologique de la Mosquée de Paris. Un camouflet pour le CFCM, de plus en plus isolé. 

Celui-ci a donc rétropédalé  "afin de préserver l'unité des musulmans". Car au milieu de cette confusion, les fidèles, eux, ne savaient plus à quel saint se vouer. "Je ne sais pas quoi faire", admettait Naïma, 25 ans, qui a attendu 14 heures pour se décider à manger. "J'aimais bien la tradition, mais là, on a l'impression que c'est une guerre entre le CFCM et les CRCM", les Conseils régionaux du culte musulman. De son côté, Jamal, 27 ans, avait choisi de ne pas écouter le CFCM. Il confie avec un sourire qu’il a préféré, comme beaucoup de ses proches, s’en remettre à une source plus fiable : sa mère.