Quick : une intoxication alimentaire ?

  • A
  • A
Quick : une intoxication alimentaire ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le président de la chaîne certifie pourtant que la mort d'un ado n'est pas liée à son repas.

La fermeture provisoire du Quick d'Avignon "ne semble désormais plus justifiée", a estimé vendredi le président de Quick, Jacques-Edouard Charret. Il met en avant le fait que les premiers résultats des analyses n'ont pas établi de lien formel entre le décès d'un adolescent samedi et le repas qu'il avait pris la veille au fast-food.

L'adolescent de 14 ans était décédé peu après avoir dîné dans ce restaurant. Il avait commandé le même hamburger que son père. De retour à leur domicile, le père et le fils avaient été pris de vomissements et de violents maux de tête et dans la matinée de samedi, le garçon est mort.

Le Quick fermé "par mesure de précaution"

Par mesure de précaution, la préfecture du Vaucluse a pris un arrêté de fermeture du restaurant et demandé aux agents de la direction départementale de la protection des populations (ex-services vétérinaires) d'effectuer des prélèvements dans l'établissement, notamment sur la nourriture ayant servi à préparer les repas.

Il existe une "forte probabilité" pour que l'œdème qui a causé la mort d'un adolescent samedi dernier soit dû à une "toxi-infection alimentaire", a pourtant déclaré vendredi après-midi la procureure de la République d'Avignon, Catherine Champrenault. La veille de son décès, l'adolescent avait mangé chez Quick. Or l'intoxication peut, selon la magistrate, "avoir un lien avec ce que le jeune homme a mangé la veille, mais on ne peut pas exclure des absorptions plus anciennes".

"Homicide involontaire" ?

Si les premiers résultats des tests effectués dans le fast-food concordaient avec la thèse de l'intoxication, "le parquet serait amené à ouvrir une information du chef d'homicide involontaire", a prévenu la procureure.

Les analyses réalisées par le laboratoire Silliker (Institut Mérieux) vont être vérifiées auprès du laboratoire de référence de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire), a renseigné la chaîne de restauration rapide.