Qui va faire grève à la rentrée ?

  • A
  • A
Qui va faire grève à la rentrée ?
@ REUTERS
Partagez sur :

Europe1.fr fait le point sur les syndicats qui ont appelé à cesser le travail les 6 et 7 septembre.

Le 6/09 : l’Education nationale en grève

Le premier lundi de la rentrée s’annonce agitée dans l’Education nationale de la maternelle à la terminale.

Les syndicats appelant à la grève déplorent la dégradation des conditions de travail, avec la poursuite des suppressions de postes - au nombre de 16.000 cette année et autant en 2011 - et l'arrivée d'enseignants débutants pour la première fois à plein temps devant leur classe.

Le Snes-FSU, principal syndicat enseignant des collèges et lycées, a prévenu que la rentrée allait être "exceptionnelle", dans le sens où elle va "accumuler tous les problèmes", et a rappelé que cela nécessitait "une réponse exceptionnelle".

Le 7/09 : tous contre les retraites

L'ensemble des confédérations syndicales ont appelé les salariés à faire grève et à manifester le 7 septembre contre le projet gouvernemental de réforme des retraites. La date n'a pas été choisie au hasard : c'est à partir de ce mardi 7 septembre que débutera l'examen du projet de réforme des retraites reculant de 60 à 62 ans l'âge de départ légal.

- Fonctionnaires : les sept principaux syndicats de la fonction publique - CFDT, CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires et UNSA - ont appelé à des "mobilisations d'ampleur" en vue de la journée du 7 septembre. Les fonctionnaires sont "particulièrement touchés par l'augmentation drastique du taux de cotisation, le relèvement de l'âge de départ et l'allongement de la durée de services pour les catégories actives, la remise en cause brutale de la mesure de départs anticipés pour motifs familiaux liée aux 15 ans de services et aux trois enfants et la restriction d'accès au minimum garanti", affirme le communiqué commun. FO a décidé, une nouvelle fois, de jouer séparément.

- France Télécom : cinq syndicats du groupe - CFDT, CFE-CGC-Unsa, CFTC, CGT et Sud -ont appelé les salariés à participer à cette journée d'action sur les retraites. Seul FO, qui souhaitait que le retrait du projet de loi soit mentionné, n'a pas signé l'appel commun, tout en maintenant sa participation. Ils ont réaffirmé "leur opposition au projet gouvernemental de réforme des retraites profondément injuste et inacceptable", qui "entraînerait un recul social sans précédent".

- SNCF : les quatre syndicats représentatifs - CGT, UNSA, SUD-Rail et CFDT - ont décidé formellement de déposer un préavis de grève dans le cadre de cette journée d'action. Les revendications portent d'abord sur la défense du régime spécial de retraite de la profession, mais aussi sur le maintien de l'emploi, la revalorisation des salaires et le projet de la direction de réorganiser le secteur du fret.

- RATP : sept syndicats - CGT-RATP, CFDT-RATP, CFTC-RATP, Unsa, Syndicats Indépendants, FO et CFE-CGC Groupe RATP - ont lancé un appel commun à la grève le 7 septembre pour la défense des retraites et le "retrait du projet de loi" gouvernemental. Seul Sud-RATP a appelé de son côté à un mouvement de grève reconductible. Tous réaffirment "leur opposition au contenu de la réforme des retraites inacceptable et injuste" et demandent clairement au gouvernement "de retirer son projet de loi sur les retraites et de prendre en compte leur revendications et leurs propositions dans le cadre d'un vrai débat". Ils réaffirment notamment "la nécessité de maintenir (...) l'âge légal de départ à la retraite à 60 ans", et estiment que "le financement durable des retraites nécessite une autre répartition des richesses produites".

Pour cette rentrée sociale, les syndicats espèrent frapper fort et dépasser le nombre de manifestants rassemblés le 24 juin dernier. Une journée d'action qui avait réuni entre 790.000 et deux millions de personnes.

Les coordinations syndicales doivent se réunir à nouveau le 8 septembre pour envisager les suites.